Electro
Pitchfork Music Festival : NNAMDï, Falle Nioke et The Comet Is Coming à la Gaîté Lyrique

Pitchfork Music Festival : NNAMDï, Falle Nioke et The Comet Is Coming à la Gaîté Lyrique

18 novembre 2022 | PAR Gautier Higelin

À la Gaîté Lyrique, NNAMDï, Falle Nioke et The Comet is Coming se sont succédé pour nous offrir une soirée tant éclectique que vigoureuse.

NNAMDï, une musique surprenante et ambitieuse

L’auteur-compositeur de Chicago sait multiplier ses projets comme ses styles musicaux.

Déconstruction et hybridation sont ses maîtres mots. Il est à l’aise partout, sur scène et en dehors, comme lorsqu’il saute dans la fosse pour courir et chanter à tue-tête. Souvent rangé dans la catégorie pop, NNAMDï, lui, se fout des codes. Vêtu de sa combi vert d’eau et de vernis rose et turquoise, il est accompagné de deux guitaristes en treillis et coupe mulet. Deux looks qui détonnent et qui annoncent toute la complexité de son univers sonore.

Soutenu par un rap protéiforme inspiré de Outkast, il traverse les rythmes et les mélodies, que ce soit hip-hop, métal, pop ou hard rock. Des changements brutaux en total maîtrise et qui s’incarnent dans la personnalité du chanteur. De façon égale il a partagé avec nous, sur scène, sa dégustation d’escargots tout en nous demandant quelle était la traduction française de I have a huge ass.

Bref il fait ce qui lui plaît et les gens en redemandent.

Falle Nioke

« Je suis votre esclave, tout comme mes ancêtres l’étaient chez vous.» Les mots sont jetés dans une salle à moitié réceptive. Une ambiguïté s’installe, ne rien dire ou applaudir l’arrivée du chanteur originaire de Guinée-Conakry, la Gaîté est divisée. Pendant que la boîte à rythme et la basse jouent leurs premières notes, l’artiste-percussionniste délivre la salle en prêchant la nécessité du pardon et de l’amour entre pays colonisateurs et colonisés. 

Accompagné d’une basse funky, d’un synthé cosmic 80’s et d’une batterie jouée au rythme disco, Falle Nioke enchante, sans transition, la foule avec des textes chantés en Susu, Fulani, Malinke ou anglais. Sa présence scénique est géniale bien qu’elle efface totalement la personnalité de ses musiciens qui, de leur côté, exécutent leurs partitions bien trop froidement.

Une disco-pop d’un groove efficace et qui sait être sublimée par un frontman fougueux. Son interlude solo au Mbira, plus communément appelé Kalimba, a su transmettre toute la justesse de ses inspirations et de son origine musicale. Déambulant sur la scène en pantalon et torse nu, guidé par l’unique envie de danser, Falle Nioke a rappelé au public parisien ce qu’est un rapport à la fois traditionnel et vivant à la musique.

The Comet Is Coming, nu-jazz ou rave jazz ?  

Pour le dernier concert de la soirée, changement d’ambiance. Le groupe londonien de jazz électronique psychédélique, tête d’affiche de la soirée, fait salle comble.

Dans un public surchauffé, les catogans et bouchons d’oreilles quadrillent le paysage. Arborant lunettes de soleil, capuche, marcel ou croix d’Ankh pour le saxophoniste Shabaka Hutchings (Sons of Kemet, Shabaka and the Ancestors), le trio vient s’écraser sur la scène pour faire jaillir un son brutal mais terriblement dansant.

Historiquement le groupe s’est formé après la rencontre-révélation entre Soccer96 (batteur et claviériste) et le saxophoniste King Shabaka. L’évidence était là, faire la connexion entre une structure rythmique électronique et l’univers cosmique de Sun Ra, dont le saxophoniste s’en fait l’héritier de cœur. Un mash-up entre une ambiance de club anglais et un saxophone aux mélodies tourbillonnantes et transcendantales tel que Coltrane ou Sun Ra les aurait jouées en 2022.

Une heure de show à couper le souffle au sens propre, puisque la musique ne s’est pratiquement jamais arrêtée et aucun des trois instrumentistes n’a pris la parole. Une expérience céleste qui en a certainement convaincu plus d’un au vu des lancers de bières et de t-shirts lors de la dernière composition : un morceau de 135 BPM au groove interstellaire qui en a fait littéralement trembler le sol de la Gaîté Lyrique.

Le Pitchfork Music Festival continue jusqu’au dimanche 21 novembre. Retrouvez la programmation ici.

Visuel : Gautier Higelin © Creative Commons

Une Carmen sans clichés et sans chichi à l’Opéra Bastille
Michel Berger : « Vivre », un titre inédit et un nouveau best of pour les 30 ans de sa disparition !
Gautier Higelin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration