Musique

Live Report: Arcade Fire contre les éléments

30 août 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Dimanche 29 août,  le groupe canadien a donné une représentation du feu de Dieu même si le concert a du être écourté en raison d’une pluie diluvienne. Passant en dernier à 22h sur la grande scène, il fermait cette édition 2010 de Rock en Seine. Il s’agissait de la dernière date française d’Arcade Fire.

Al’image du reste du festival, le concert des québécois commence à la minute près. Rentrant sur scène avec le tube décoiffant « Ready to Start », le groupe démarre fort et le public apprécie cette entrée en matière. De 7 à 77 ans, tous les spectateurs se rassemblent devant la scène pour une sorte de communion festive. La foule suit le rythme de la chanson à sa manière, d’abord par de légers battements de la cuisse puis les bras viennent s’ajouter à la chorégraphie et au refrain une furieuse envie de danser explose.

Ils enchaînent directement avec « Keep The Car Running » où les « Ohoo » retentissent en chœur, Win Butler semble connecté à chaque personne de cette réunion quasi mystique. La tension monte doucement et finit par nous éclater au visage juste à la fin de cette song. C’est donc sous les applaudissements des quelques milliers d’individus qu’Arcade Fire se présente modestement. Avec « Neigborhood #2 », le groupe place la barre encore plus haute et les fans se réjouissent de ce début de concert qui démarre en trombe.

Lorsque les premières notes de « No Cars Go » font vibrer les amplis, reconnaissant le titre inclus dans l’album Neon Bible, tout le monde hurle à l’annonce de ces trois prochaines minutes de pur bonheur. Mélangeant, plusieurs styles de musiques notamment à base de violon, guitare, piano, batterie, basse et caetera, le groupe arrive à capter l’attention de tous et à donner la chaire de poule par ses mélodies surtout durant le final où les 7 musiciens chantent et tiennent ensemble la même note. Ils continuent le concert sur un plan plus calme avec « Haïti « où R »égine Chassagne » se tenant la poitrine et poussant la voix au maximum.

Poursuivant avec un titre tiré de leur album Funeral, « Haiti » semble être plutôt bien accueilli par le public. Dans ce morceau, la flûte, la guitare et le piano, sont omniprésent et nous entraînent dans une contrée lointaine de notre imagination entre les cow boys et les indiens. Sortie du dernier album The Suburbs, « Modern Man » largement orchestré par Win Butler au chant et à la basse, est une jolie balade tranquille.

Le concert se poursuit et les mélodies s’enchainent sans jamais se ressembler. Depuis quelques minutes déjà une petite pluie fine portée par le vent s’abat sur les spectateurs et sur la scène. « Ocean of Noise » est joué avec le groupe Beirut passé plus tôt dans la journée sur la grande scène. Pendant, « We Used to Wait », Win Butler semble combattre les éléments. Et c’est les cheveux aux vents et le visage attaqué par l’eau que le chanteur dévoile son talent. Après ce titre et pendant quelques minutes le concert est obligé de s’arrêter pour mettre le matériel en sureté et attendre de voir si l’orage passe.

Au bout d’un certain temps, les musiciens s’avancent sur la scène en expliquant qu’ils se doivent d’écourter la célébration et c’est sur un magnifique « Wake Up » qu’ils finissent par tirer leur révérence. Même si certains manifestent leur mécontentement en sifflant, la plupart sont compréhensifs et la course jusqu’à la plus proche bouche de métro peut commencer.

Gagnez 5 livres de Travis Holland, Loubianka (Eho)
Spectaculaire, le salon vivant du spectacle s’installe en bord de Seine
Tristan Karache-Prudent

3 thoughts on “Live Report: Arcade Fire contre les éléments”

Commentaire(s)

  • Adrienne

    Merci pour le compte rendu (j’y étais, c’était géant)

    Juste une remarque : Haïti n’est pas une chanson du dernier album d’Arcade Fire, mais du 1er, « Funeral »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Funeral

    Voilà :-)

    août 30, 2010 at 12 h 35 min
  • Tristan Karache-Prudent

    Désolé pour l’erreur.
    Merci d’avoir lu :)

    août 30, 2010 at 16 h 21 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *