Musique

[Interview] « Le MaMA festival : un immense tétris ! »

[Interview] « Le MaMA festival : un immense tétris ! »

06 octobre 2015 | PAR Bastien Stisi

Comme tous les ans (mis à la part la première édition, organisée à Bourges), le triangle Barbès-Anvers-Pigalle accueille dans les jours à venir (14-16 octobre) le MaMA, le rendez-vous incontrôlable des professionnels de la musique qui peuvent assister trois jours durant à une série de conférences et de rencontres organisées cette année autour de 4 thèmes clairement identifiés (Artistes / Spectacle vivant / Musique enregistrée / Organismes publics et professionnels). Incontournable, le MaMA, est aussi en train de le devenir d’un point de vue « programmation musicale », lui qui verra passer notamment passer cette année Jay Jay Johanson, Aaron, Kid Wise, Mbongwana Star, Is Tropical, Maïa Vidal ou encore Chapelier Fou, une programmation et des ambitions sur lesquelles revient pour nous Ségolène Fave Cooper, programmatrice de cette édition 2015.

Avec un an de recul, quel regard portez-vous sur l’édition passée du MaMA ?

Ségolène Fave Cooper : C’est une édition qui a tenu beaucoup de ses promesses tant par la qualité des artistes qui s’y sont produits et le parcours qu’ils ont faits depuis (de Flavien Berger à Chassol en passant par Gaspard Royant, Kadebostany, Camp Claude ou encore Pegase) que par l’augmentation de professionnels présents sur l’édition.

Quelles seront cette année les thématiques et les problématiques développées par les conférences et les débats du MaMA ?

S. F. C. : Il y a 4 grandes thématiques cette année qui regroupent chacune plusieurs conférences ou ateliers et qui sont à suivre comme un parcours :

Artistes : des sujets traitant aussi bien de la bataille des artistes à l’ère du digital au datas ou de la transparence
Spectacle Vivant : de la programmation de festival à l’industrialisation du spectacle vivant en passant par la diffusion et l’export.
Musique Enregistrée : les droits voisins, les métadonnées, l’évolution du streaming, la prescription…
Organismes Publics et Professionnels : des réflexions et propositions pour des politiques ambitieuses relatives aux musiques actuelles ou un point sur les dispositifs de soutien à celles-ci, de même que les aides possibles pour aider les artistes à s’exporter.

La grande nouveauté cette année est le [email protected] INVENT : un espace dédié aux solutions innovantes en lien avec la filière musicale. Différents acteurs de l’innovation seront donc présents tout au long des 3 jours de l’événement dans la grande salle du Trianon.

En plus de ces parcours, MaMA propose des présentations de marchés internationaux (l’Inde ou l’Afrique par exemple), des analyses (modèle de festival, le jazz et sa place dans les musiques actuelles), une radioscopie avec Keith Harris (manager de Stevie Wonder) et divers ateliers, networkings afin de faciliter les rencontres et les échanges entre les professionnels des différents secteurs ou pays.

Comment pense-t-on la programmation au MaMA ?

S. F. C. : Comme un immense tétris ! MaMA est ce qu’on appelle en anglais un « showcases event » soit un festival où les artistes français et internationaux viennent présenter pour la plupart un nouveau live, set ou album etc. – et ce, quel que soit la renommée de l’artiste – à un public curieux (fans ou pas) mais aussi à des professionnels. Il s’agit donc d’essayer de réunir les attentes de tous les types de public, de mixer autant que possible des artistes confirmés, nouveaux venus et en devenir, le tout en restant dans une certaine forme de nouveauté. La programmation se fait forcément en étroite collaboration avec la filière musicale française et internationale.

Quels seront, selon vous, les noms à suivre tout particulièrement cette année ?

S. F. C. : Impossible de tous les citer, je suis convaincue qu’ils seront nombreux à faire parler d’eux dans les mois et années à venir !

Côté français, on peut évoquer Sage, Acid Arab, Holy Strays, La Mverte, OK Lou, Papooz, Broken Back ou encore Blick Bassy

Coté internationaux, K.Flay (USA), A-Wa (IL), Lydmor & Bon Homme (DK), The Wanton Bishops (LB), Alice On The Roof (BE), Pierre Kwenders (CA) Chinah (DK) ou MBongwana Star (RDC).

Cette année, le MaMA a mis en place un « Pass Festival », qui permet au public d’accéder à l’intégralité des concerts programmés. Étais-ce pour renforcer, justement, le côté « festival » de l’événement ?

S. F. C. : L’idée est que chacun crée son propre parcours musical selon ses goûts musicaux, ses envies de découvertes et du moment… Avec un peu plus de 40 concerts par jour et de 120 sur 3 jours, dans une douzaine de lieux différents mais proches les uns des autres et l’accès à tous les concerts dans la limite des places disponibles (les salles et les clubs ont des capacités d’accueil très diverses). On espère qu’avec MaMA, on pourra voir le quartier de Pigalle-Montmartre comme un véritable site de festival !

Octobre 2015 XVIIIe arrondissement. 7e édition du MaMa ?

S. F. C. : Marathon musical !

La programmation complète du MaMA se retrouve sur son site officiel !

Visuel : (c) DR

Infos pratiques

Galerie Popy Arvani
Le Triton
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *