Electro
[Live Report] « Peacock Society Festival 2017 », un beau week-end sous le signe de l’électro

[Live Report] « Peacock Society Festival 2017 », un beau week-end sous le signe de l’électro

20 février 2017 | PAR Hugo Saadi

Le festival emblématique des cultures électroniques, la Peacock Society a investi de nouveau le Parc Floral pour une édition 2017 hivernale étendue sur deux jours. La programmation mêlait tous les genres de l’électro pour satisfaire un large public venu en masse. Et celui-ci n’a pas été déçu. Live-report.

La nuit du vendredi était déjà sold out bien avant que les halles du parc Floral résonnent sous les basses des DJs. Il faut dire que le line-up ne laissait indifférent personne du côté des amateurs de musiques électroniques. Et en ce premier soir, il a même fallu faire des choix cruciaux pour se mettre en appétit : la Warehouse avec la techno industrielle de Paula Temple et de l’islandais Bjarki ou la Squarehouse avec les sonorités house et funk de Fatima Yamaha, Floating Points et du grand Larry Heard. Nous avons fait le choix d’ouvrir les hostilités loin des BPM élevés pour un décollage parfaitement maitrisé. Et le live de Fatima Yamaha n’a pas déçu, il n’y avait qu’à tendre l’oreille et sentir les décibels quadrupler de volume lors de « What’s A Girl To Do », le morceaux phare du hollandais. Toujours très mélodieux, Floating Points a continué à assurer le show de la Squarehouse pendant une bonne heure trente.

https://www.youtube.com/watch?v=OZr-9I9VtLU

Mais les choses ont réellement changé avec l’arrivée de Larry Heard, le boss de la House made in Detroit qui n’avait pas visité la capitale depuis 7 ans. Et il lui a fallu peu de temps pour mettre tout le monde d’accord : c’est lui le boss. Assez de house, il est temps de monter un peu plus haut en orbite. Et sans surprise, les beats entrainants de Planetary Assault Systems n’ont pas tardé à nous faire décoller. Dans une Warehouse bondée, la foule s’excite de plus en plus et se déchaine. Il est déjà 5h du matin quand Ben Klock, qu’on ne présente plus, arrive pour terminer le travail et envoyer tout le monde sur Pluton avec un set qui frappe très très fort. Comme à son habitude, les BPM montent très hauts, il balance son classique « Subzero » avant de nous surprendre lors d’un final de haute voltige. Il est temps d’aller se reposer les jambes, la nuit 2 s’annonce aussi lourde.

Quelques heures de sommeil plus tard, nous voilà de retour au Parc Floral. Pour ceux qui craignaient de s’endormir sur place, il fallait sans aucun doute rester sur la Warehouse et se faire réveiller en puissance par les beats acharnés de Modeselektor. Mais avant cela, Seth Troxler avait ouvert le bal avec un set techno saupoudré d’une touche house directement venue de Detroit. Le trio Agents of Time a quant lui livré un set live qui a été d’une grande qualité. Belle surprise pour ce mélange à la techno mélodique entrainant la foule dans une transe jouissive grâce à des jeux de lumière hypnotiques. La bonne humeur était donc au rendez-vous toute la nuit et malgré la fatigue qui se faisait de plus en plus ressentir, elle a perduré jusqu’en clôture du Peacock Society Festival grâce au set hybride des allemands de Âme 2 Âme.

Outre les deux scènes, le Peacock Festival c’est aussi un package bien garni comme des coins chill, mais aussi un corner pour se faire nettoyer les pompes (oui oui !) ou piquer une tête dans un bain bouillant pour les plus courageux (oui oui bis) et également un ciné-club et des conférences ! Si l’on devait noter quelques points négatifs concernant les questions pratiques : un seul point d’eau à déclarer et qui plus est à l’autre bout de la Warehouse, pas très pratique tout ça, surtout quand on regarde le tarif des boissons aux bars… Une nouvelle édition maîtrisée qui nous donne déjà envie d’être en été pour la version estivale, sans se cailler les miches dans le bois de Vincennes.

Visuel © Peacock Society

Anaïs de Contades, chef de file de la Romantic Rebellion
Agenda culturel de la semaine du 20 février
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *