Classique
[Live-Report] Gauthier Capuçon et Frank Braley éthérés dans les sonates de Beethoven à la Philharmonie

[Live-Report] Gauthier Capuçon et Frank Braley éthérés dans les sonates de Beethoven à la Philharmonie

19 octobre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir enregistré l’intégrale des sonates pour violon de Beethoven avec Renaud Capuçon (Parlophone, 2011), le pianiste Frank Braley a enregistré, avec son frère, Gauthier Capuçon, l’intégrale des sonates pour violoncelle. Le CD est sorti chez Erato le 14 octobre 2016 et pour fêter l’événement, les deux musiciens ont choisi d’en jouer 3 sur 5 au cœur des festivités du cycle  Beethoven, qui a lieu à la Philharmonie. Le Concert a eu lieu à la grande salle de la Philharmonie I, comble dans une atmosphère recueillie et avec une douceur cotonneuse qui est fidèle à l’enregistrement.

[rating=3]

Entré en scène à 20h30, carrés mi-longs joliment assortis, Frank Braley et Gauthier Capuçon se mettent en scène dos à dos, mais tout au long du concert, ils n’auront de cesse de se regarder avec attention au dessus de leurs épaules respectives. Ils commencent par la sonate opus 5 n°2 composé en 1796 dont l’adagio déjà très romantique donne la tonalité de toute la soirée : beaucoup de douceur, de sentiments chuchotés et une attention juste au caractère révolutionnaire de la composition des sonates de Beethoven. Schmalzig quand il faut, Gauthier Capuçon assourdit un peu ses notes virtuoses quand, après les suspenses de l’allegro, il repasse aux ornementations du rondo final. Le son modéré de Capuçon laisse bien entendre la virtuosité de Braley, tout aussi rapide et délicat. Mais au final de cette deuxième sonate, on se dit que c’est peut être un peu trop de délicatesse pour un Beethoven qu’on attendait plus charpenté, ayant en tête d’autres enregistrements, notamment Richter et Rostropovitch ou, encore plus viril, Heidsieck et Tortelier.

Ce sentiment grandit encore dans l’exécution de la 4e sonate (op. 102 n°1) où l’Andante se fait solennel, l’adagio très romantique mais où les deux allegro semblent presque légers. Intéressante la tentative de montrer combien cette sonate là est choquante pour son époque et combien elle surprend et surpasse les codes, le choix des deux musiciens de surligner les ruptures du dernier mouvement tombe un peu à côté de la plaque : ils n’arrivent pas vraiment à se synchroniser.

Après l’entracte, on prend encore un moment à se débarrasser du sentiment que Beethoven devrait être plus vif, notamment dans l’exécution parfaite mais toujours trop éthérée de variations sur un thème de la Flûte enchantée de Mozart « Bei Männern, welche Liebe Fühlen ». Qui plus est, imaginer Pamina et Papageno en jeunes poètes romantiques maudits, languissants et spleenétique est bien difficile…

Pour le long fleuve de 20 minutes de la 5e sonate (op. 102 n°2) qui vient en final, on décide donc de lâcher prise et de se laisser porter par la légèreté de l’allegro con brio pour traverser 20 minutes de Beethoven parfait et toujours en lévitation.

L’ambiance est douce comme du coton quand les deux musiciens terminent, on sort du concert léger, pensif mais pas tout à fait rassasiés des émotions fortes qu’on attendait avec Ludwig van Beethoven..

Pour en savoir plus sur le cycle et l’exposition Beethoven, c’est ici.
Et pour acheter le CD : Gauthier Capuçon/ Frank Braley, Beethoven- Intégrales des Sonates pour Violoncelle, chez Erato/ Warner Classics, c’est là.

visuel : (c) Warner classic

« Non ce n’est pas ça », la truculente Mouette du Collectif Le Grand Cerf Bleu
Les sorties cinéma de la semaine du 19 octobre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *