Classique

L’enchantement des Bouffes du Nord

L’enchantement des Bouffes du Nord

22 février 2018 | PAR Raphaël de Gubernatis

 

 

 

Ce n’est certes pas une découverte, mais on l’aura rarement ressenti aussi pleinement  que lors de ce concert consacré à trois trios de Beethoven, concert donné il y a peu par Philippe Cassard (piano), David Grimal (violon) et Anne Gastinel (violoncelle) aux Bouffes du Nord : il n’y a sans doute aucune salle à Paris aussi propre que celle-ci à faire entendre de la musique de chambre.

Nulle salle où le public enveloppe aussi chaleureusement les musiciens ; nulle salle où ceux-ci sont uniformément disposés si près de leurs auditeurs ; nulle salle enfin dont les proportions apparaissent aussi parfaites pour ce genre d’exercice et où les sons se diffusent avec autant d’harmonie dans un univers si convivial.

 

Dans les autres lieux voués aux récitals ou à la musique de chambre, comme la délicieuse Salle Gaveau par exemple, le rapport frontal des musiciens aux auditeurs n’offre en rien cette intimité si bienvenue aux Bouffes. Une intimité qui n’est pourtant nullement envahissante, tant le rapport des uns aux autres semble immédiatement confortable et plaisant.

 

Salle comble

 

Ce soir là,  aux Bouffes du Nord, la salle était comble : plus de 500 auditeurs garnissait le parterre et les galeries alors qu’on avait dû refuser des places à 150 autres personnes. Un succès public exceptionnel qui ne pouvait que réjouir les organisateurs et les musiciens.

«Nous nous sommes sentis littéralement portés par le public, confie Philippe Cassard. Ce qui nous a frappé tous les trois, Anne Gastinel, David Grimal et moi, c’est la qualité de ce public. Un public très différent de ce que l’on connaît au Théâtre des Champs-Elysées ou à la Philharmonie. Un public plus fraternel, chaleureux, infiniment attentif, et qui ce soir-là nous a paru se fondre en une seule et même respiration ».

 

Ce concert intervenait dans le cadre de la Belle Saison, une manifestation qui aura tout d’abord conduit les musiciens à travailler les trios dans le cadre d’une résidence dans le département de l’Aveyron, à Espallion, puis d’offrir, avec le même programme, une série de concerts dans des salles très diverses. « La Belle Saison, c’est une entreprise menée par les Bouffes du Nord avec pour programmateur Antoine Monceaux et qui offre à de jeunes musiciens comme à des artistes chevronnés de donner des concerts devant des publics de passionnés avec de plus tout un volet pédagogique pour le jeune public ou même des cours destinés aux étudiants des écoles de musique », reprend Philippe Cassard. C’est ainsi que le trio s’est retrouvé à jouer devant 1000 auditeurs au Théâtre de Caen qui faisait salle comble. Ou devant 200 personnes (pour une population de 300 habitants) dans la toute petite église gothique du village de Lassouts, « avec des publics merveilleux où certains pleuraient d’émotion à l’écoute du Trio « Les Esprits ».

 

Un climat si particulier

 

« On ne peut imaginer le sentiment de gratitude que des tels publics engendrent chez nous, les musiciens, s’enthousiasme le pianiste. Cela nous galvanise, tout comme à la Chapelle de Méjan, à Arles, où, dans le cadre de la saison montée par Actes Sud, 500 personnes s’étaient mobilisées un dimanche matin, la veille du concert des Bouffes du Nord ! Des gens fous de musique. Et pour nous un public génial, raffiné, qui comble chacun des interprètes ».

 

« Aux Bouffes du Nord, le climat si particulier à ce théâtre naît de plusieurs éléments. Tout d’abord, on entre sur le plateau par une porte qui donne directement sur l’immense mur du fond tout vibrant de rouges profonds. C’est une impression extraordinaire. Et puis voilà qu’on est aussitôt plongé au cœur du public qu’on sent vivant autour de nous. Le piano est au centre du plateau, comme une barque sur l’eau, et alentour les auditeurs du parterre sont comme des amis qui nous entourent, assis sur les bords d’un étang. Et ce sentiment de bien être, vous ne le trouvez nulle part ailleurs à Paris ».

 

Raphaël de Gubernatis

 

Tous les samedis sur France Musique, de 9 heures à 11 heures, Philippe Cassard anime son émission musicale « Portraits de famille ».

 

Quant au trio que Philippe Cassard forme avec Anne Gastinel et David Grimal, il exécutera le même programme le 27 février au Musée des Anciens Abattoirs, à Toulouse, le 24 mai au Théâtre de Coulommiers, le 25 mai à la Salle Sortie Ouest de Béziers et le 9 juin à la Collégiale de Gerberoy.    

 

Visuel : autorisation d’utilisation- ©Opus64

[BERLINALE] « Transit », l’amour en fuite sur la canebière
L’Etat favorable à l’ouverture des bibliothèques le dimanche et en soirée
Raphaël de Gubernatis

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *