Chansons

Marie Modiano en concert : la fille « de » … qui nous émeut

Marie Modiano en concert : la fille « de » … qui nous émeut

18 mai 2018 | PAR La Rédaction


Marie Modiano, accompagnée de ses trois musiciens, s’est produit le 16 mai dernier au Café de la Danse, occasion de revenir sur cette belle prestation scénique et musicale.

 

Parmi les moments forts de ce concert « poétique et chanté », on notera les beaux duos avec Peter van Poehl, sur des titres comme « Side by side » et surtout « L’amour à rebours ». La complicité musicale entre Marie et Peter – les deux sont aussi unis dans la vie – était particulièrement palpable ce soir-là, et visible jusque dans les moindres détails, au point de porter « volontairement » (dixit la chanteuse) les mêmes paires de chaussettes rouges… Une histoire de famille décidément, puisque le père de Marie, qui n’est autre que le prix Nobel, Patrick Modiano était venu en personne applaudir sa fille (il est également l’auteur de la chanson « Le chien noir du chagrin », chantée pour l’occasion).

Même si Marie Modiano a puisé dans son répertoire déjà connu de ses chansons en anglais, cette belle soirée a surtout été l’occasion de mettre en valeur son dernier album, « Pauvre chanson », son premier en français (son cinquième au total). Et qui mieux que cette dernière sait faire interagir, et se répondre, poésie et musique ? Car ce n’est pas un hasard si l’écrivaine et chanteuse a publié parallèlement son deuxième recueil de poèmes, qui reprend l’intégralité de ses nouvelles chansons.

Alternant chansons et lectures de poèmes, morceaux au piano et/ou chantés face au public, Marie Modiano a pu présenter l’étendue de ses registres musicaux et la diversité de sa présence scénique, changeant de timbre et de personnalité au gré des différents titres. A titre d’exemple, l’interprétation de « Guérir ma colère » était accompagnée d’une chorégraphie syncopée et d’éclats de voix envoûtants, en totale harmonie avec les paroles de la chanson. De sa voix grave et profonde, la chanteuse a fait voyager les spectateurs dans des balades, où surgissent « entre chiens et loups », des personnages, réels ou imaginaires : amoureux, aventuriers, poètes, femmes perdues… dans des paysages sans cesse recomposés.

Pour terminer, un coup de chapeau aux musiciens, grâce à l’accompagnement à la guitare et à l’harmonica très maîtrisé de Peter van Poehl, mais aussi des deux autres musiciens, Sébastien Grandgambe au violoncelle et Guillaume Lantonnet au clavier et à la batterie, donnant à certaines chansons un côté très jazzy. Marie Modiano avoue aimer la scène. Une joie communicative et partagée.

Jean-Emmanuel P.

Visuel :JEP

Cannes 2018, compétition : « Burning », brûlant trio par le Sud-Coréen Lee Chang-dong
Cannes 2018, Cinéfondation : le palmarès dévoilé !
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *