Chansons
[Live Report] Pierpoljak défend son nouvel album General Indigo avec énergie et bonne humeur au Divan du Monde

[Live Report] Pierpoljak défend son nouvel album General Indigo avec énergie et bonne humeur au Divan du Monde

14 mars 2015 | PAR Gilles Herail

Pierpoljak investissait la belle salle du Divan du Monde à côté de Pigalle hier soir. Bonne ambiance, performance maîtrisée et vrai plaisir de retrouver sur scène un chanteur généreux qui maîtrise mieux que personne son reggae/variété assez entêtant.

On n’entendait plus trop parler de Pierpoljak depuis quelques années. L’album Kingston Karma en 1998 l’avait révélé au grand public avec deux chansons phares (Pierpoljak et Jsais pas jouer) que toute une génération connait encore par cœur et qui demeure un met de choix pour toute bonne fin de soirée qui se respecte. L’artiste vient de sortir Général Indigo, son dernier album, produit par un label indépendant, Garvey Drive / Verycords. 12 chansons qui reprennent le style musical que l’on avait aimé à la fin des années 1990. Un reggae d’ambiance, chaloupé, qui se mêle à un style plus variété permettant d’apprécier la chaleur du timbre de voix de Pierpoljak.

L’arrivée au Divan du Monde se passe dans un joyeux bordel musical. Un camion coloré avec une sono, le Dady Reggae, débarque dans l’étroite rue et provoque un (mini) mouvement de foule en permettant à Pierpoljak d’entrer dans la salle sous les clameurs de ses fans. La file d’attente et sa douce odeur de joint se reforment. 19h45, le divan du monde ouvre ses portes et l’on entre dans cet endroit convivial avec beaucoup de cachet, qui correspond très bien à l’ambiance du concert. La première partie invite un jeune artiste, William Brutus, dans un univers de musique caribéenne et de soul, qui nous a offert quelques uns de ses titres et une étonnante reprise de Phil Colins.

Pierpoljak arrive sur scène un peu plus tard, acclamé par un public acquis à sa cause. La salle est assez diverse, plutôt jeune. Quelques touristes nostalgiques (comme l’auteur de ces lignes) sont là en mémoire des années 1990. D’autres fans plus fidèles ont accompagné la carrière de l’artiste, se souviennent mieux des faces B et connaissent déjà par cœur le nouvel album. A plus de 50 ans, Pierpoljak dégage toujours une belle énergie et tient son concert en professionnel. La salle intimiste du Divan du Monde permet de créer une atmosphère ultra adaptée à ce type de musique. Quelques passages obligés des moments reggae font sourire, notamment l’éternelle légalisation du cannabis, mais le public présent s’en satisfait. D’autres chansons légères font se trémousser le public (Amusez-vous). 

On préfère quand Pierpoljak parle avec sincérité de la paternité dans Papa du weekend, en saluant ses enfants présents au balcon (et en confessant en souriant à la fin de la chanson qu’il a oublié de chanter un couplet). On aime les petits instants de pure musique jamaïcaine. Les chansons plus douces et introspectives comme Un automne à Paris. La présence de thèmes politiques dans Puta Vida Loca qui se met dans la peau d’un sans-abri ou la très efficace Une épée suspendue. Artiste engagé sincère, parfois naïf mais sans prétention, Pierpoljak est avant tout là pour faire plaisir à son public. Le charme et la douce ambiance s’installent et on aime découvrir ces nouveaux titres que l’on ne connaissait pas. Arrive alors l’heure du rappel, 1H30 plus tard. Où les touristes nostalgiques ont le petit bonheur de ré-étendre et de chanter (crier?) les deux classiques qu’ils étaient venus écouter. Les lumières se rallument et l’impression est à la bonne surprise. On était venu partager un moment madeleine de Proust de la fin des années 1990 et on a en réalité assisté à un concert intimiste  de très bonne tenue, joyeux et chaleureux.

Gilles Hérail

Général Indigo est disponible chez Verycord sur les plateformes de téléchargement légales et dans les bacs.

Crédits photos: visuel officiel de l’album, photos du concert prises par Denis Hérail.

Sourire au printemps
[Critique] « The Voices » Marjane Satrapi transforme Ryan Reynolds en sérial killer au pays de Candy
Gilles Herail

One thought on “[Live Report] Pierpoljak défend son nouvel album General Indigo avec énergie et bonne humeur au Divan du Monde”

Commentaire(s)

  • Michel

    c’était un magnifique concert !
    j’achète le nouvel album demain

    mars 15, 2015 at 18 h 31 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *