Musique
The Rolling Stones « Steel Wheels » Live : Le sphinx renait de ses cendres  !

The Rolling Stones « Steel Wheels » Live : Le sphinx renait de ses cendres  !

14 octobre 2020 | PAR Jean-Christophe Mary

 

Dans le cadre de leur tournée mondiale  » Steel Wheels « , les Rolling Stones se produisaient le 19 décembre 1989 à Atlantic City. C’est ce concert intégral que l’on découvre aujourd’hui à travers des images et une bande son entièrement remixée et remastérisée.

 

Après une pause de trois ans, les Rolling Stones effectuent un grand retour sur scène en 1989 avec le « Steel Wheels Tour », leur plus longue tournée à l’époque. C’est aussi leur dernière avec le bassiste fondateur Bill Wyman.

Il faut dire que les relations entre Mick et Keith avaient implosé peu de temps après la sortie de l’album Dirty Work (1986). Après ces années d’errance Mick Jagger comprend de toute évidence que les Rolling Stones auront toujours plus de poids ensemble qu’ils ne le sont séparément. La tournée « Steel Wheels » est le temps des retrouvailles.

« Steel Wheels Live » a été filmé le 19 décembre, sur l’une de dernières dates des 60 concerts donnés dans les stades d’Amérique du Nord. Les ventes de billets explosèrent bien sûr, mais surtout, la conception de la scène  métallique haute comme des gratte ciel et de l’éclairage du « Steel Wheels Tour » allait donner le ton aux tournées géantes telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Avant plusieurs années d’errance, de tensions entre Mick Jagger et Keith richard Steel se remettent à faire du vrai rock’n’roll, du rock traditionnel marqué par un retour aux racines du folk anglais, du blues et de la country. Si cette tournée sera la dernière avec Bill Wyman à la basse, on y découvre un groupe dans une mise en scène futuriste et en avance sur son temps. Gigantesque light show, son énorme, le spectacle est visuellement très impressionnant. Dès les premiers accords de « Not Fade Away », la foule s’enflamme face à un Jagger en forme olympique. Les invités sur cette date Axl Rose, d’Izzy Stradlin, d’Eric Clapton et surtout la présence de John Lee Hooker dont les Stones sont fans depuis leur prime jeunesse, offrent de beaux moments. Ce soir la les Rolling Stones jouent soudés et vont à l’essentiel. Les guitares de Ron Wood font toujours leur petit effet notamment à quand il passe à la slide guitar et la pedal steel ce qui apporte une couleur particulière aux chansons comme le faisait Brian Jones à son époque. Si Keith Richard et Ron Wood font des étincelles sur l’ensemble du set, on garde en mémoire ces versions brûlantes de Midnight Rambler de Bitch. La tournée mondiale passa par 115 villes et rassembla près de six millions de spectateurs.

Ce film restauré, remixé et remasterisé contient 10 titres inédits, complété par 5 titres bonus filmés au Giants Stadium, New Jersey.

« Steel Wheels Live »est disponible en digital et formats physiques (quatre vinyles colorés, un combo DVD et deux CD / Blu-ray et deux CD). Il existe une édition limitée de six disques, avec des titres non retenus sur le montage final. Enfin, pour les plus fortunés, les Stones sortent un vinyle en édition (très) limitée avec des titres comme Rock and a Hard Place et Almost Hear You Sigh,

 

Jean-Christophe Mary

 

Concert live enregistré en décembre 1989 à Atlantic City, New Jersey (USA) :

01 – Intro

02 – Start Me Up

03 – Bitch

04 – Sad Sad Sad

05 – Undercover Of The Night

06 – Harlem Shuffle

07 – Tumbling Dice

08 – Miss You

09 – Terrifying

10 – Ruby Tuesday

11 – Salt Of The Earth

12 – Rock And A Hard Place

13 – Mixed Emotions

14 – Honky Tonk Women

15 – Midnight Rambler

16 – You Can’t Always Get What You Want

17 – Little Red Rooster

18 – Boogie Chillen

19 – Can’t Be Seen

20 – Happy

21 – Paint It Black

22 – 2000 Light Years From Home / She’s A Rainbow / Keyboard Duet

23 – Sympathy For The Devil

24 – Gimme Shelter

25 – It’s Only Rock ‘N’ Roll (But I Like It)

26 – Brown Sugar

27 – (I Can’t Get No) Satisfaction

28 – Jumpin’ Jack Flash

Boris Charmatz : à chaque fois qu’on danse c’est gagné sur l’éternité
Vague Intérieur Vague, les asphyxies de Julie Nioche en ouverture des Rencontres
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *