Actu
« Salut Public » : Guignol ne serait-il pas atteint d’un trouble psychiatrique ?

« Salut Public » : Guignol ne serait-il pas atteint d’un trouble psychiatrique ?

09 février 2021 | PAR Salome Helgoule Vallot

Enfin un spectacle de Guignol où on ne s’emmerde pas. Mieux, on y découvre enfin la vérité, que l’on soupçonnait tous, avouons-le, sur Guignol. Oui, cette marionnette qui ne fait rire que nos enfants (et qui nous nous terrifie) est atteint d’un grave trouble psychiatrique.

Le duo aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii – c’est vraiment leur nom de scène – éclaircit, grâce à des analyses scientifiques très sérieuses, le mystère Guignol. Enfin, vous aurez les réponses à ces questions qui vous taraudent depuis ce dernier spectacle au parc du Luxembourg où vos enfants acclamaient cette marionnette inerte pendant que vous fixiez, hagard, ce bout de bois s’agiter devant vos yeux, vous inquiétant des graves répercussions psychologiques qu’il aura sur eux.

Participez à cette conférence proposée par l’association « Public Vigilant » et vous aurez  la certitude que oui, Guignol est un danger. Armées d’un powerpoint, qui montre le sérieux de cette réunion, la présidente de l’association « Public Vigilant » (Sonia Derzypolski) et sa collaboratrice psychiatre (Alice Lescanne) concluent, à travers une analyse psycho-sémiotique des spectacles de Guignol (rejoué sur scène par Samuel Beck), que ses comportements sont symptomatiques d’un problème psychiatrique.

En effet, comment se fait-il que Guignol ait été sincèrement royaliste, puis républicain convaincu ? Comment se fait-il qu’il change aussi souvent de personnalité ? En outre, la violence avec laquelle Guignol traite le gendarme (dans près de 95% des spectacles comme nous l’apprend l’étude statistique très sérieuse présentée par « Public Vigilant) est également révélatrice d’une maladie psychiatrique grave. Bref, à n’en pas douter Guignol est malade. A « Public Vigilant » hors de question de poser ce constat sans proposer de solutions concrètes. 

Sur fond d’une performance à la légèreté agréable en ces temps difficiles, « Salut Public » se moque de ces analyses anachroniques à la mode où tous les textes sont passés au rayon laser de la machine psychanalytique. Débat d’actualité en arts et littérature, le spectacle soulève cette question brûlante : faut-il relire les textes à travers le prisme des problématiques actuelles, quitte à les dénaturer ?

Crédits visuels : ©aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

Interview de Bénabar, l’indocile heureux
Valère Novarina reçoit le Grand prix de littérature Paul Morand
Salome Helgoule Vallot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture