Livres
VERDICT : Allen Carr , la méthode simple pour arrêter du fumer

VERDICT : Allen Carr , la méthode simple pour arrêter du fumer

03 avril 2013 | PAR Marie Pichereau

Tout le monde en a déjà entendu parler vaguement, mais la plupart du temps, c’était l’ami lointain d’une connaissance qui avait réussi l’exploit d’arrêter totalement la cigarette après avoir lu le livre. La méthode est décriée et controversée, elle fait même plus figure de légende urbaine que de réel traitement contre la cigarette. Et pourtant…

(En tant qu’ancienne fumeuse invétérée depuis 10 ans et journaliste de surcroît, je me trouve dans l’obligation d’affirmer de témoigner de l’utilité de cette méthode.)

« Voici la méthode pour arrêter de fumer. Une méthode douce éprouvée qui a déjà permis à des millions de fumeurs à travers le monde d’écraser leur dernière cigarette. Vous aussi, vous pouvez vous débarrasser du tabac, définitivement. Et cela, sans médicaments, sans substituts, ni prise de poids grâce aux conseils avisés du spécialiste du tabagisme: Allen Carr ». Voilà ce que l’on peut trouver à l’arrière de l’ouvrage. Vous en conviendrez, de quoi laisser sceptique tout bon fumeur qui se respecte. Ce n’est pas tant avec un désir d’arrêter la cigarette que nous nous procurons le livre, mais bien pour infirmer l’idée qu’arrêter de fumer « est facile » et que la lecture simple d’un ouvrage ne permet pas à un vrai fumeur ( c’était mon cas) de stopper net sa consommation de tabac. Tel est pris qui croyait prendre…

Ce petit best-seller très simple et concis, ne se sert pas des études empiriques redondantes qui rabâchent une fois de plus, les méfaits de la cigarette, ses dangers et son coût élevé pour notre portefeuille (méthode qui n’a jamais aboutie). Il s’agit plus d’une sorte d’analyse sociologique du fumeur et de sa dépendance. Un « esclavagisme » auquel on peut mettre fin avec un « lavage habile du cerveau », chap 7. C’est Allen Carr qui distillera tout au long de cet ouvrage et de manière inconsciente, les bons mots, les bons exemples et métaphores, qui vous permettront d’en finir avec la cigarette. Ce qui est pertinent avec cette méthode « réellement simple », c’est que la case cigarette située quelque part dans votre cerveau disparaîtra au fur et à mesure. De ce fait, il n’y a pas de frustration ( cause principale de rechute chez un ancien fumeur). C’est l’élément essentiel du livre. Si on visualise la cigarette comme une chose néfaste et addictive, le fait de ne plus fumer n’est pas contraignant, c’est même jouissif. La cigarette n’est pas naturelle, puisqu’elle n’est pas vitale pour l’homme. En sus, elle nous avertit même de ses dangers pour le corps. Qui peut affirmer ne pas s’être étouffé timidement en fumant sa première cigarette? Personne. CQFD.

Le livre n’a aucune prétention si ce n’est d’essayer de vous faire comprendre « pourquoi vous avez commencé ? » et «  pourquoi vous n’arrivez pas à arrêter ? ». Une fois ces deux questions évaluées ( stress, ennui, concentration, mondanité, peur, flemme), vous pourrez commencer à ne plus visualiser la cigarette comme un plaisir, mais plutôt comme une contrainte. Ce choix que vous pensez faire n’est pas une envie, mais une action guidée par le manque de nicotine (passablement le manque de volonté ou de confiance en soi). Au final, très peu de cigarettes sont appréciées. Nous fabulons une quelconque utilité à cette chose, pour nous rassurer. Loin de moi, l’idée de prendre de haut et de juger, le reste des fumeurs qui « n’arrivent pas arrêter ou qui ne se sont jamais posés la question » mais plutôt de les pousser dans cette direction. Personne n’a envie d’arrêter, mais personne ne regrette d’avoir arrêté de fumer. Après tout à la question fatidique : «  Si vous aviez le choix, auriez-vous commencé à fumer ? », 99% des gens répondent non. L’arrêt de la cigarette n’est pas une contrainte, c’est de la logique. Même si la lecture du livre a certainement un effet placebo, les résultats escomptés sont bien là.

Allen Carr : La méthode simple pour EN FINIR AVEC LA CIGARETTE. Pocket, 8 euros 10.

Rencontre avec Hikaru Nakamura, une jeune et talentueuse mangaka
Xavier Niel lance sa propre école d’informatique « 42 »
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture