Polars
« Le diable se cache dans les détails » de Bernard Massoubre : ombre et lumière haletantes sur Lyon

« Le diable se cache dans les détails » de Bernard Massoubre : ombre et lumière haletantes sur Lyon

28 février 2021 | PAR Ilan Lévy

En faisant son jogging un matin, une femme découvre le corps d’un homme en bord de Rhône, dans les fourrés. L’enquête fera découvrir les méandres de la vie lyonnaise et tant d’autres choses. Le diable se cache dans les détails est le premier polar de Bernard Massoubre est paru chez l’Astre Bleu, une petite maison d’édition de la région Auvergne-Rhône-Alpes.


Un avocat modèle

Il a été tué de trois balles. La police, arrivée sur les lieux, l’identifie rapidement. Il s’agit d’un avocat lyonnais, ténor du barreau, qui est apprécié de tout son entourage.
C’est la stupéfaction dans la capitale des Gaules. L’ancien bâtonnier est un humaniste, fidèle en amour et en amitié. Il est l’emblème du catholicisme social, si présent à Lyon.
Quel est alors le motif de ce meurtre surprenant ? L’équipe du Commandant Continsouza, patron de la brigade criminelle, va mener l’enquête. Elle les mènera dans des cercles discrets des beaux arrondissements de la ville, et en Thaïlande. Ce ne sera pas chose aisée car la pression des autorités, du maire au président de la république, sera forte.

Lyon, la ville cachée

Le roman nous propose une visite de Lyon. Il donnera, je vous l’assure, l’envie de connaître la ville, préfecture ancienne et florissante. C’est l’avers de la médaille. Le revers est une plongée dans la noirceur de l’âme et dans les non-dits de la bourgeoisie locale. Les personnages sont attachants ou dégoûtants selon l’orientation qu’ils ont prise.
Bernard Massoubre a fréquenté tous les milieux, de l’ouvrier de ses origines aux professions libérales de sa vie professionnelle. Il est à l’aise partout. Son père, qui était policier dans les quartiers chauds de Paris, lui a toujours dit que la classe sociale ne fait pas la valeur d’un Homme. Il avait ajouté qu’on ne juge un Homme qu’à ses actes. C’est au pied du mur qu’on voit le maçon.
Ainsi, ce polar nous apprend qu’il ne faut pas se fier aux apparences.
Rebecca est dubitative. Quelque chose la dérange mais elle ne sait pas quoi. L’avocat est trop parfait. Continsouza lui a appris à se méfier du gendre idéal. Le diable se cache dans les détails.

Un roman noir, d’ombre et de lumières

Comme tout bon policier, ce roman se lit d’une traite notamment grâce à son style est précis, vif, voire incisif. A la lecture, on visualise tout de suite les scènes et la psychologie des personnages. On se projette facilement dans l’histoire et on veut en connaître le dénouement. Bernard Massoubre est un  biologiste médical à Lyon, mais né à Paris dans le vingtième arrondissement, où il a vécu entre Belleville et Ménilmontant et où il a subi des abus sexuels alors qu’il était pré-adolescent, par un étudiant en médecine, dont il a eu le courage de parler en 2018. Son premier livre est un mélange d’ombre et de lumière. Il est sombre parce que les situations décrites par l’auteur le sont. Mais la fonction essentielle du roman noir n’est-elle pas de prendre une photographie, en temps réel et sans filtres, de notre société ? Mais il est aussi drôle parfois, d’un humour qui fait oublier les horreurs.

Bernard Massoubre, Le diable se cache dans les détails, Astre bleu édition, 300 p., 18 euros. Sortie le 31 janvier 2021.

visuel : couverture du livre

Em de Kim Thuy : une fresque dure et habitée sur le Vietnam
Le Philharmonique de Radio France à l’heure polonaise et hongroise
Ilan Lévy

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture