Livres
Paris dans les yeux de Jean Cocteau

Paris dans les yeux de Jean Cocteau

25 octobre 2013 | PAR Alice Dubois

Alors que Paris fête Jean Cocteau en ce mois d’octobre 2013, pour commémorer le 50ème anniversaire de sa disparition, les éditions Grasset éditent un très joli recueil intitulé Paris, petit regroupement de textes écrits par l’artiste sur la ville qu’il aimait tant…Inédit.

Paris CocteauEcrits entre 1921 et 1962, ces textes regroupés pour la première fois, proviennent tous de revues et d’ouvrages confidentiels. Certaines pages manuscrites ne sont même pas datées. Ce sont des textes rares qui racontent le Paris enchanteur de Cocteau.

Et c’est sur le quartier du Palais-Royal, « petite ville gardée par les chats » où il vivait, que l’auteur ne se lasse pas d’écrire. Sorte de village émouvant et clos, qu’il compare à Venise, le quartier se caractérise par le labyrinthe de ses rues, le désordre de ses façades et les fantômes historiques qui le hantent. Quartier hautement culturel, le Palais-Royal est aussi le quartier du théâtre. Un art si cher à Cocteau qu’il nous régale de quelques pages savoureuses sur sa vision de la création théâtrale, sur le théâtre de boulevard et sur les lieux comme le Vieux Colombier de la Comédie Française ou le Théâtre de l’Oeuvre.

Mais s’il est tendre et amoureux, l’oeil de Cocteau n’en est pas moins vif et moqueur. Ainsi, le voilà qui distille par petites touches, entre deux déclarations, sa vision du Parisien: « Aucune résignation chez le Parisien. Il dépense, pour assurer ses aises et sa révolte, une ingéniosité qu’il se refuse dans l’exercice de son emploi. »

Cette balade au coeur du Palais-Royal est suivie de Notes sur l’amour, un regroupement de brèves inédites aux titres évocateurs comme « La fin de l’amour », « La femme mûre » ou encore « Impatience ». Des petites réflexions à savourer…

Paris suivi de Notes sur l’amour, de Jean Cocteau. Editions Grasset – Parution: Septembre 2013. 75p. Prix: 6€

« Tout est affaire de quartier chez nous. Le théâtre du Palais-Royal et la Comédie Française sont nos théâtres. Et lorsque l’administrateur de la Comédie Française me demande pourquoi je boude la salle de l’Odéon et que je n’aime que celle de la rue de Richelieu , je lui réponds: « Que voulez-vous, c’est le théâtre de mon quartier ». » (p40)

Mon été mortel de Jack Gantos
[Annonce] Gaël Faure et Buridane en concert pour Sacem la Chanson le 30 octobre
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *