Jeunesse
Mon été mortel de Jack Gantos

Mon été mortel de Jack Gantos

25 octobre 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

48823

Traduit de l’anglais (USA) par Valérie Le Plouhinec

Jack a douze ans en 1962. Il fait quelques bêtises sans le vouloir et le voici privé de sortie par sa mère pour tout l’été. La seule personne qu’il a le droit de voir est une vieille voisine, mademoiselle Volker, une infirmière à la retraite qui souffre d’arthrite et qu’il aide à rédiger ses chroniques nécrologiques pour le journal local. Mais justement les vieilles personnes se mettent à mourir en quantité inquiétante dans la ville; et si ces décès n’étaient pas naturels?

Jack Gantos s’est inspiré de sa propre histoire pour parler du quotidien à Norvelt, Pennsylvanie, dans les années 1960. Il a passé sa jeunesse dans cette ville. L’auteur recueille des anecdotes pour écrire dès l’école primaire et se distingue par son sens de l’humour noir tout à fait remarquable, qui nous fait jubiler en lisant ce roman. Dead End en Norvelt qu’il a publié en 2011 pour sa première édition a une suite qui vient de sortir: De Norvelt to Nowhere. Espérons qu’elle fera l’objet d’une prochaine traduction en français car ce premier roman de l’auteur à être traduit dans notre langue donne très envie de lire les autres livres très primés aux USA qu’il a écrit.

Ses personnages vus avec la subjectivité d’un adolescent de douze ans nous deviennent vite très vivants, ils sont sympathiques de par leurs faiblesses: le héros qui saigne du nez à la moindre émotion, l’infirmière qui ne peut plus utiliser ses mains à cause de l’arthrite, le prétendant éconduit depuis cinquante ans et la mère psycho-rigide à l’égard de sa famille et d’elle-même forment un tableau psychologique très intéressant. Au travers des chroniques nécrologiques que les deux héros rédigent, c’est toute l’Histoire des Etats-Unis qui nous est racontée de manière concise et passionnante. Chacun article qu’ils écrivent est un petit régal, un roman très amusant et instructif à la fois, une complète réussite récompensée aux Etats-Unis en 2012 par la prestigieuse Newbery Medal (prix du meilleur roman jeunesse décerné par l’American Library Association).

Editions Les Grandes Personnes – date de parution: 29 août 2013 – 368 pages – 17 euros – visuels (c): Editions Les Grandes Personnes

Le Bois du Rossignol, l’éducation d’une jeune veuve anglaise par Stella Gibbons
Paris dans les yeux de Jean Cocteau
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *