Fictions
« Hollande s’en va » une fiction politique

« Hollande s’en va » une fiction politique

27 décembre 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont


Philippulus journaliste politique du figaro publie une fiction politique.

IMG_0962-0.PNG

HOLLANDE ET LE NOSTRADAMUS DE LA POLITIQUE
Épuisé, lessivé, le Président Hollande ne sait plus où donner de la tête contre l’endettement de la France, la montée des révoltes, la division de la gauche et la montée du Front National.
En visiteur du soir, au guidon de son scooter, il se rend chez le » Nostradamus » de la politique, Jacques Attali, pour tenter de déchiffrer son avenir politique :
Tout fuit entre mes doigts. Tu comprends, dans ma vie, j’ai toujours réussi à me raccrocher aux branches, mais là je n’y arrive plus.

DE GAULLE A DÉMISSIONNÉ POURQUOI PAS MOI ?
Jacques Attali, lui suggère de faire comme le général De Gaulle, et de démissionner.
Une fois la nouvelle annoncée, le président du sénat devient président de la République par intérim.
Tous les coups sont permis à gauche ce sont Valls le catalan, et Montebourg, et à droite Sarkozy, Juppé, Fillon, qui se déchirent.

Cette fiction, qui est écrite à partir des « off », laisse pantois.
On y trouve, un Michel Sapin toujours jovial, malgré des résultats médiocres, surnommé « séraphin lampion », un personnage d’Hergé, qui veut à tout prix vendre des polices d’assurance.
Un Valls, qui se réfère sans arrêt à l’Espagne (avec des raccourcis douteux, compte tenu de la période sombre de ce pays).
Le portrait de jacques Attali, est très réussi.
Larcher qui est très remonté, contre Raffarin est très vraisemblable, ainsi que hollande qui choisit comme chiffre, pour les frappes nucléaires, sa date de naissance.
Villepin, qui soutient Sarkozy, et lui dit » qu’il faut déclarer la guerre aux haleurs », et mettre Apollinaire dans le coup, résume bien la réalité.
Ce pamphlet dont certains passages, sont drôles, a certaines qualités.
Bien sûr les hebdomadaires de gauche diront que c’est facile de critiquer hollande, mais qui est responsable de toute cette déconfiture, et ne respecte pas sa parole.
De toute façon, la satire est importante, pour faire vivre la démocratie, dans notre beau pays.

Hollande s’en va une fiction politique Philippulus, éditions Équateur, novembre 2014 18 euros 189 pages?

[Critique] « Fidelio l’odyssée d’Alice » passionnant portrait de femme en mer porté par la révélation Ariane Labed
LE POUVOIR ILLÉGAL DES ÉLITES
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture