Fictions
Chimamanda Ngozi Adichie : Notes sur le Chagrin

Chimamanda Ngozi Adichie : Notes sur le Chagrin

08 novembre 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

Confrontée à la mort inattendue de son père, Chimamanda Ngozi Adichie nous confie son chagrin et proclame son amour pour son père dans  : Notes sur le Chagrin.

Un sujet très émouvant

« Le 10 Juin 2020 a été la pire journée de ma vie ». Le jour où l’écrivaine Nigériane a appris le décès brutal de son père. Ce fut un choc, un déracinement, un arrachement. Le chagrin est lourd, physiquement douloureux, imposant « un cœur de plomb au réveil ». Alors Chimamanda Ngozi Adichie décrit les émotions qui l’assaillent : le refus, la rage, le déni, l’angoisse. La douleur est aggravée par la pandémie de coronavirus qui interdit à la famille de se réunir et retarde les obsèques. Puis le lecteur découvre la magnifique relation de l’auteure avec son père, « ce héros qu’elle appréciait tant ». Un père, qui la a donné confiance et fierté. Dans sa douleur elle veut proclamer : « Je suis la fille de mon père ».

Un art de l’épure

Notes sur le chagrin est un récit bref, épuré. La brièveté des chapitres pourrait traduire l’urgence, l’impérieuse nécessité d’écrire sous le flot d’émotions douloureuses et changeantes. « Je n’arrive pas à croire que j’écris sur mon père au passé ». Telle est la dernière phrase du livre. Il s’agit d’abord d’un récit sur le deuil, sur le poids d’une perte irrémédiable, la vie devenant « mince comme une feuille de papier ». Elle se souvient des moments simples passés ensemble, de leurs discussions qu’elle compare à un trésor. Par son père elle a appris la cosmologie de son peuple, les Igbos, comme l’illustre l’« arbre particulier », un arbre qui apporte protection. L’auteure nous offre une magnifique déclaration d’amour à son père.
Chimamanda Ngozi Adichie nous offre un texte simple mais très émouvant sur le deuil et sur l’amour d’une fille à son père. Un très beau récit.

Chimamanda Ngozi Adichie, Notes sur le chagrin, traduit de l’anglais (Nigéria) par Mona de Pracontal, Gallimard, 100 pages, 9 Euros 90.
visuel : couverture du livre

Mais quelle Comédie ! Un spectacle musical jouissif à la Comédie Française
« Le Diable à Westease », un polar so british !
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture