Essais
Tetiana Andrushchuk et Danièle Georget nous présentent leur Dictionnaire amoureux de l’Ukraine.

Tetiana Andrushchuk et Danièle Georget nous présentent leur Dictionnaire amoureux de l’Ukraine.

11 juin 2022 | PAR Jean-Marie Chamouard

Tetiana Andrushchuk est une violoniste professionnelle ukrainienne. Elle a été également attachée culturelle auprès de l’ambassade d’Ukraine à Paris. Danièle Georget est une journaliste française. De leur rencontre est né ce dictionnaire écrit afin que les français puissent comprendre et aimer ce pays au cœur d’un drame.

L’Ukraine de A à Z

«Comment diable peut on être Ukrainien». Que savons nous de l’Ukraine, «cette terre qui n’est pas la nôtre» disait le poète Taras Chevtchenko. Ce dictionnaire doit permettre au lecteur de comprendre et d’aimer l’Ukraine en découvrant ses traditions, son histoire, ses artistes. Le livre nous parle de l’immense steppe, des terres noires, du majestueux Dniepr , des collines et des coupoles de Kiev. Il nous parle de la cuisine ukrainienne ,de la recette du Bortsch, des Varenyky, ces raviolis en forme de croissant, du lard «épais mieux que le beurre» vendu sur des étals de fortune. Le lecteur découvre les principales étapes de l’histoire du pays . Elle débute par le baptême de Volodymir et la naissance de la Rus Chrétienne. L’influence byzantine et la religion orthodoxe sont au cœur de l’identité ukrainienne avec la construction dès 1011 de la cathédrale Sainte Sophie. Depuis la Vierge du «mur indestructible» protège Kiev. Puis surgissent les invasions mongoles et ensuite les cosaques qui ont légué à l’Ukraine leur courage, leur héroïsme, leur attachement indéfectible à la liberté. Les Cosaques chantés par les Kobzars, ces chanteurs populaires qui s’accompagnent de leur bandoura. Les drames de l’Ukraine contemporaines sont abordés avec «l’Holodomor» la famine provoquée par le régime stalinien en 1932 et 1933 et Babyn Yar le lieu tragique de la Shoah par balles. Les artistes sont très présents comme la peintre et écrivaine Marie Barkitsheff , le pianiste Vladimir Horowitz auquel est consacré un long article et le poète Tarras Chetchenko , véritable héros national. Boulgakov est aussi cité, lui qui a écrit «La garde blanche», le roman de la guerre civile ukrainienne de 1919-1920. Le dictionnaire traite la question de l’antisémitisme en Ukraine , déplorant les pogroms pendant la guerre civile et le drame de la Shoah . Les auteures rappellent que les justes ont été nombreux en Ukraine , qu’il existe une allée des Justes à Odessa ,que le président Zelinsky est juif. Elles abordent les événements les plus récents , la révolution orange en 2004, Maïdan, la place où est née une nation, l’élection de Vladimir Zelinsky à la présidence de la république.

Écouter vibrer l’âme de l’Ukraine

Faire aimer, faire comprendre l’Ukraine: le livre y réussit. Cette succession d’articles présentés par ordre alphabétique réussit à créer un ensemble cohérent, à donner une vision complète du pays. L’écriture est fluide, agréable à lire. Les dessins à l’encre noire d’Alain Bouldouyre illustrent très bien le texte. Les courtes biographies des grands artistes ukrainiens sont remarquables. La place de la musique est importante en Ukraine: ainsi le conservatoire de Kiev ou l’école de violon d’Odessa ont formés de grands artistes de renommée internationale. La dimension poétique et épique de l’histoire ukrainienne est mise en valeur. «L’Ukraine a besoin de son passé pour croire en son avenir et si l’historiographie russe l’emporte c’en serait fini de l’Ukraine. Par rapport à ces deux certitudes, le dictionnaire remplit son rôle, il prouve que l’identité ukrainienne s’est forgée au cours des siècles et non seulement à Maidan en 2014. Les auteurs le démontrent par la poésie et la musique puisque l’identité Ukrainienne est comparée à l’âme d’un violon, cette pièce en bois minuscule, cachée , précieuse qui permet au violon de vibrer . Le livre se termine avec un hommage à Zelinsky , l’héritier de Chaplin, le Chaplin qui a commencé par faire rire et qui a fini par faire pleurer, le Chaplin du «Dictateur».

Tetiana Andrushchuk et Danièle Georget, Dictionnaire amoureux de l’Ukraine, Plon, 432 pages, 24 Euros , paru le 12 05 2022

« Worktable », l’exposition dont il ne faut rien dire
Une deuxième soirée soufie au Festival des Musiques Sacrées de Fès
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture