Essais

Machiavel de  Jean-Yves Boriaud

Machiavel de Jean-Yves Boriaud

20 avril 2015 | PAR Jean-Paul Fourmont

Professeur de langue et de littérature latine, à l’université de Nantes, Jean Yves Boriaud est bien placé, pour présenter Machiavel, avec brio.

sans-titre (26)

MACHIAVEL PRINCE DES SINISTRES
Machiavel est essentiellement connu dans le monde entier, pour l’abstraction à laquelle il a bien malgré, lui donner naissance, le » machiavélisme », synonyme de cynisme et de fourberie.
Tout cela parce que, dans son œuvre la plus célèbre » Le Prince », il établit qu’en politique la raison d’État l’emporte sur la morale.

MACHIAVEL NE PEUT ÊTRE RÉDUIT AU MACHIAVÉLISME
Machiavel ne peut être réduit à ce principe.
Niccolo Machiavelli est en réalité un florentin de la classe moyenne, à qui son talent a donné accès, dans sa ville aux plus hautes fonctions.
Son parcours et sa formation, sont maintenant mieux connus, ainsi que son activité diplomatique qui l’a mis en relation avec les grandes puissances de l’époque (France, Allemagne etc.).
Son rôle politique dans la florence républicaine (1498-1512), débarrassée des Médicis, les conditions de son éviction lors du retour de ces derniers, et sa longue retraite forcée (1512-1529) est à prendre en compte, dans son écriture.
Cette retraite lui a permis d’écrire, son ouvrage célèbre « Le Prince »

MACHIAVEL A UN RÔLE DISPROPORTIONNE PAR RAPPORT À SON STATUT
Jamais Machiavel n’a fait partie de la caste des magistrats, qui seul prenaient les décisions à Florence.
Ce n’était qu’un fonctionnaire de second ordre, un petit fonctionnaire.
Quand Machiavel parvient au pouvoir, c’est suite à l’échec des Médicis, et l’exécution du moine Savonarole.
FORTUNES POSTHUMES
Les ouvrages de Machiavel ont été mis à l’index par l’église et n’en sortiront, qu’en 1966, sous Paul VI.
Son ouvrage » Le Prince « sera accaparé, par le personnel politique à toute époque, même par Berlusconi l’offrait à tous ses employés, et avait selon lui, beaucoup d’importance pour ceux qui exerçaient des responsabilités.
Le livre « Le Prince », est en quelque sorte la célébration de la ruse, et n’implique jamais une application mécanique.
Il semblerait que le massacre des protestants de la Saint Barthélémy en France ait été inspiré, par le livre « Le Prince ».
L’auteur réussit à restituer la carrière de Machiavel, faite de haut et de bas.
Machiavel s’est inspiré du célèbre César Borgia qu’il a assisté, pour son ouvrage principal » Le Prince «.
Selon Jacob Burckhardt, Machiavel a conçu l’état comme une œuvre d’art.
Pour l’historien allemand Friedrich Meinecke, qui comme Machiavel sut adapter sa pensée aux circonstances, il semblerait que Machiavel ait planté son épée dans le corps politique de l’occident.
Jusqu’à Machiavel, le christianisme « corsetait », la pensée politique, et Machiavel a contribué à libérer cette pensée.
La pensée de Machiavel est vouée à une éternité insoupçonnée.
Pour Francis Bacon, nous sommes redevables à Machiavel, qui a écrit ce que les hommes font, plutôt que ce qu’il devrait faire.
Une belle biographie.

Machiavel, Jean-Yves Boriaud, éditions Perrin, février 2015,350 pages, 22,90 euros

La sélection de 54ème semaine de la critique est tombée
[Live Report] Leonidas Kavakos et l’orchestre philharmonique de Vienne
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *