Essais
« Le Philharmonique de Vienne », une biographie monumentale de Christian Merlin

« Le Philharmonique de Vienne », une biographie monumentale de Christian Merlin

23 juin 2017 | PAR Yaël Hirsch

Christian Merlin dédie une « biographie » titanesque aux 175 années d’une des plus grands orchestres du monde : le Philharmonique de Vienne. de Sa fondation par Otto Nicolai en 1842 à nos jours, l’évolution de cette association de musiciens d’exception est aussi un reflet de la Grande Histoire. Un livre passionnant où l’on se passionne pour la « vie » de l’orchestre comme pour un personnage de roman.

[rating=5]

A la suite d’un travail de recherche titanesque, le musicologue et chroniqueur de France Musiques et du Figaro Christian merlin nous livre une biographie chronologique du Philharmonique de Vienne. A l’ombre du fameux concert du nouvel an, il nous rappelle comment est né cet orchestre, association de musiciens liés organiquement et néanmoins voltaires d’être indépendants de l’Orchestre de l’Opéra de Vienne. On apprend comment se comporte cette société, comment elle se structure assez démocratiquement en pupitres, quel statut unique ont ses musiciens à la fois fonctionnaire dans leur appartenance à l’orchestre de l’opéra et un peu mavericks dans les activités supplémentaires suscités par le philharmonique (p. 461).  L’on apprend aussi comment c’est un gentlemen’s club fermé aux femmes jusqu’aux années 1990 et encore bien loin de la parité. Avec Merlin, l’on suit les grandes évolutions de l’orchestre en termes de nombre de musiciens, de nombre de concerts (qui a doublé de 1935 à 2015), de concerts à l’étranger (x20 sur la même période!), les abonnements, l’histoire de la discographie . Et bien sur l’on suit les trajectoire des grands hommes qui ont su dompter un peu cet orchestre pour le mener vers de nouvelles étapes, tels Mahler à la tête de l’Opéra de Vienne (1897-1907) et des chefs qu’il a appréciés en ses murs ou à Salzbourg, après sa constitution en association en 1908 : Richter, Karajan, Walter, Böhl, Abbado …

Mais là où Merlin est le plus fin, c’est qu’il ne nous assène jamais des faits. Très subtil, son livre interroge cette fameuse « identité Viennoise » que l’orchestre est supposé condenser et met ainsi en perspective les représentations et les mentalités. Très précis quand ils s’agit de décrire l’effet des lois de Nuremberg sur les musiciens de l’orchestre et émouvant quand il nous parle des deux seuls musiciens juifs revenus sporadiquement d’exil forcé lors de la Seconde Guerre dans pour rejouer avec l’Orchestre  dans l’Après-guerre, Merlin propose vraiment un portrait d’organisme vivant, avec ses émotions – aussi bien le gout du beau du travail et du challenge que la haine,  le remords ou la mauvaise foi. En faisant une « biographie » du Philharmonique de Vienne, il ne le sépare jamais du contexte historique qui l’entoure et montre comment ses instruments se font caisse de résonance de toute une société.

Christian Merlin, Le Philharmonique de Vienne, biographie d’un orchestre, Buchet-Castel, 576 p., sortie janvier 2017, 26 euros.

Présentation du pavillon français de la Foire de Francfort 2017
Sortie Dvd : « Chez nous » de Lucas Belvaux ou la tentation du populisme
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *