Essais
« La Migraine » d’Ester Lardreau

« La Migraine » d’Ester Lardreau

07 août 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Esther Lardreau agrégée de philosophie, docteur en histoire de la médecine, titulaire du DIU migraines et céphalées, publie une biographie de la maladie de la migraine.

La MigraineMIGRAINE EST DEVENUE BANALE

Touchant 10 à 12 pour cent des adultes et 3 à 10 pour cent des enfants, la migraine est quasiment devenue banale.

Pourtant une vaste enquête menée en France montre que 60 pour cent des migraineux ne sont pas conscients de l’être, refusant de reconnaître leur souffrance et incapables de lui donner un nom.

Pourquoi, alors qu’existent désormais des unités de soins et des sociétés consacrées à la migraine est il aussi difficile de s’avouer migraineux ?

HISTOIRE DE LA MIGRAINE

Ce livre examine les raisons historiques pour lesquelles le statut de patient migraineux ne va pas de soi.

Si la plainte migraineuse semble avoir depuis longtemps existé et si un terme désigne les » migraineux » dès le IIème siècle après JC, en revanche la migraine est un objet tardivement construit, qui n’a pas toujours été pensé comme une maladie à part entière.
Médecins et malades se sont parfois accordés pour la considérer comme étant dans l’ordre des choses et sans intérêt.

Ce livre reprend la thèse d’Esther Lardreau qui a été primée.

Pour Balzac » l’affection dont les ressources sont infinies pour les femmes est la migraine. Cette maladie, la plus facile de toutes à jouer, car elle est sans aucun symptôme apparent oblige à dire seulement : j’ai la migraine …La migraine est la reine des maladies…l’arme la plus employée …contre les maris :

Le facteur déclenchant de la migraine chez deux tiers des personnes est le stress.
Souvent la mélancolie ou la tristesse ou un manque d’appétit, avertit de l’imminence d’une migraine.

Souvent le fait de souffrir de troubles anxiodépressifs provoque la migraine.
Il y a un problème de classification de la maladie.

En effet la migraine fut envisagée comme une névrose, puis comme une névralgie.
Il y a une analogie entre épilepsie et migraine.

Le coût des céphalées serait de l’ordre de 3 milliards (étude réalisée en 2000), et affecte 2 ou 3 pour cent de la population pour une migraine chronique.

Pour une migraine épisodique, cela revient à 1 milliard et touche de 12 à 20 pour cent de la population.

Les absences dues à la migraine sont de 4 jours par an.
Ce livre très riche permet de tisser des liens entre plusieurs disciplines, l’histoire, la philosophie, la médecine, la littérature.
Il y a véritablement un décalage entre le vide et le trop plein sur la migraine.

Mais si elle n’est rien qu’un fait divers médical, comment expliquer alors, qu’elle a eu la puissance de convoquer tant de modèles explicatifs, de susciter des thérapies aussi ingénieuses, de donner lieu à une si riche iconographie ?

C’est le récit de ce paradoxe entre une maladie qui ne parvient pas se nommer, qui semble invisible et une maladie qui produit tant de noms pour se raconter, tant d’images pour se monter, qu’on lira dans cette biographie utile à tous ceux qui voudraient mieux comprendre, à travers le témoignage de l’histoire, les vies migraineuses. Bravo.

« Saint, Saint, Saint est Dieu ; je te lie, esprit de la migraine, et il ne t’est pas possible de t’attaquer à la tête de celui qui porte ses mots ».

Conjuration de Nestorius contre les migraines IV/ V ème siècle.

La Migraine, Ester Lardreau, éditions les Belles Lettres, juin 2014, 372 pages, 23 euros.

Visuel : (c) couverture du livre

« L’histoire d’un amour » : Catherine Locandro sur les traces de celui qui venait d’avoir dix-huit ans
Les soirées du week-end du 7 août
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture