Essais
« Hits! » John Seabrook enquête sur les tubes des années 1990 à nos jours

« Hits! » John Seabrook enquête sur les tubes des années 1990 à nos jours

26 septembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Paru l’an dernier aux US, le nouvel opus du journaliste du New Yorker, John Searbrook, The Song Machine: Inside the Hit Factory arrive en France cet automne aux éditions La Découverte. Une enquête de longue haleine, bien ficelée et passionnée parmi les orfèvres internationaux du beat et du hook qui depuis l’euro-dance des années 1990 jusqu’au hip hop d’aujourd’hui formatent et orchestrent les tubes que le monde entier dance et s’arrache. Une fresque passionnée et passionnante qui prend en compte les grandes du mutations du secteur de l’industrie musicale. A lire absolument pour entrer en coulisses.

[rating=5]

Denniz POP, Clive Davis, Lou Pearlman, Bonnie McKee, Dr Luke et Max Martin ainsi que Jay-Z, tous les grands bidouilleurs et producteurs de l’ombre derrière les Ace of Base, Britney Spears, Alicia Keys, Alanis Morissette, mais aussi Rihanna, Kesha et Katy Perry se trouvent rassemblés dans un livre hyper-enthousiaste et dingue de pop culture qui interroge les coulisses des tubes

. Sans jamais oublier de marquer les changements structurels (le cd, napster, spotify) et culturels (la fin des adolescents rêveurs pour aller vers l’obsession du sexe, le rôle des auteurs-compositeurs suédois et leur sabir anglais simpliste…), John Seabrook livre des anecdotes passionnantes sur l’origine religieuse de Katy Perry ou sur la manière dont Rihanna a été découverte sur son île. Il n’évite pas les sujets qui fâchent comme les accusations de viol mises au jour par Kesha.

Il dit et répète qu’à partir de la fin des années 1980, il n’y a pas besoin d’avoir un vrai goût pour la musique pour être artiste, il suffit de porter le sample avec énergie et brio, d’être « spécial » et de s’entourer de producteurs aux doigts de fées et capable de trouver le fameux « hook » cette accroche souvent refrain qui scotche la foule et la fait danser.

« Hit me baby one more time! », c’est de la science. Pas de l’art. Et Seabrook nous dit que même les rafales de possibles plus artistqiues ou artisans ouvertes par la toile n’ont rien changé au formatage de ces titres qui ont vraiment un méga-succès planétaire. On adore lire son enthousiasme 100 % pop. A propos du single du deuxième album de Britney : « Max et Rami lui apportent sur un plateau ‘Ooops! … I did it again’ qui sort en mars 2000. le plus distinctif des sons de Cheiron, grosse caisse et caisse claire, y est programmé à la perfection. Le point d’extase est atteint lorsque la mélodie du refrain rencontre le beat et que Britney lance le hook dans un feulement nasillard et poisseux, quelque part entre Cameo et le bayou louisianais. ‘I did it again' ». (p. 123). On peut regretter juste de ne pas en avoir plus : plus de stars, de tubes et aussi d’analyse purement artistique de la qualité musicale de ces clips magiques qui nous ont tous fait danser partout dans le monde.

John Seabrook, Hits, Enquête sur la fabrique des tubes planétaires, trad. Herbé Loncan, La Découverte, 250 p., 21 €. Sortie en septembre 2016. Rencontre à la Philharmonie de Paris le 5 novembre 2016.
visuel : couverture du livre.

Vania à table et bien vivant
L’écrivain Nahed Hattar, tué pour avoir partagé une caricature de Jihadiste
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *