Essais
Christophe Regina et Lucien Faggion (dir.), Dictionnaire de la méchanceté

Christophe Regina et Lucien Faggion (dir.), Dictionnaire de la méchanceté

02 décembre 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Christophe Regina, historien, doctorant spécialisé dans l’histoire des femmes et par ailleurs enseignant à l’Université de Provence, et Lucien Faggion, historien et maître de conférences dans cette même université, publient un ouvrage collectif sur la méchanceté. Le dictionnaire vient de paraître aux éditions Max Milo.

POURQUOI FAIRE LA PART BELLE A LA MÉCHANCETÉ ?

Pourquoi faire la part belle à la méchanceté, alors qu’il serait sans doute plus louable d’évoquer les vertus et tout ce qui concourt à fonder la beauté et la noblesse des hommes ? S’attarder sur la méchanceté et ses possibles, c’est révéler un trait peu valorisé et pourtant intrinsèquement humain.

LE BUT DU DICTIONNAIRE

Ce dictionnaire propose de réunir des portraits de brutes et de mégères dans le but de s’interroger sur les causes et les raisons de cette perception négative. Pourquoi, en effet, certaines figures évoquent-elles la méchanceté dénoncée par nous-mêmes et par l’époque qui l’a engendrée ? Telle est l’optique des auteurs.

LES PORTRAITS DE CEUX QUI ONT MARQUÉ L’HISTOIRE ET LA FICTION

Ce dictionnaire établit les portraits de ceux qui ont marqué l’histoire et la fiction par leur cruauté, leur perfidie, leur machiavélisme, leur art de la dissimulation ou de la manipulation. La méchanceté et ses possibles, qu’ils soient conceptuels ou biographiques, nous invitent donc à une introspection globale, à une immersion dans les affres de la noirceur des âmes, dont la bouche n’est autre que celle de la méchanceté.

LE CHAMP DE CETTE ENTREPRISE EST VASTE

Le champ de cette entreprise est extrêmement vaste et recouvre notamment Malice, Barbe Bleue, Marie-Antoinette, Tatie Danielle ainsi que les tricoteuses qui, pendant la Révolution française, assistaient aux exécutions en tricotant . Cela renvoie aussi à la notion de tyrannie.

L’article sur les femmes allemandes qui furent les gardiennes des camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale, comme par exemple Hermine Braunsteiner, est particulièrement poignant.

Ce beau livre n’a pas pour but d’être exhaustif, mais de montrer l’infinie variété du mal. Il y a plus de 160 notes. Comme l’a dit autrefois Platon, le mal n’est jamais volontaire, mais intentionnel. Les auteurs évoquent aussi cette phrase célèbre de Rousseau (tirée de La nouvelle Héloïse) : « Le crime assiège sans cesse l’homme le plus vertueux, chaque instant qu’il vit, il est prêt à devenir la proie du méchant, ou méchant lui-même. »

JPF

Christophe Regina et Lucien Faggion (dir.), Dictionnaire de la méchanceté, éditions Max Milo, novembre 2013, 400 p., 49,90 euros / Visuel : © couverture du livre

Gagnez 5 exemplaires du dernier album de Tchéky Karyo
Gagnez 2×2 places pour le spectacle « I’m a Man » au Cirque Electrique le 12 décembre
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *