Essais
« A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient », un état du PS par Laurent Mauduit

« A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient », un état du PS par Laurent Mauduit

26 septembre 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Laurent  Mauduit cofondateur de MEDIAPART et journaliste publie un ouvrage sur le déni du pouvoir socialiste.

[rating=4]

UNE ETRANGE CAPITULATION

Dans l’histoire de la gauche française, c’est peu dire qu’il ya eu des pages peu glorieuses : promesses bafouées, reniement et trahison, et qu’après la fête, les réformes annoncées ont souvent été écornées.

Après l’espoir du changement » la rigueur » ou la «  pause ».

Jamais un candidat n’avait ainsi caché la véritable politique qu’il entendait conduire.

 

LES GREVES DE LA JOIE

Tous les dirigeants socialistes au pouvoir (Léon Blum, Mitterrand, Jospin), ont au début de leur mandat, mis en œuvre des politiques progressives.

En 1936, les « grèves de la joie » (Simone WEIL 1909-1943) ont bien entendu obligé le front populaire à faire des réformes.

Mais il y a eu des avancés, comme  les congés payés entre autre.

Hollande n’  a rien fait.

« Pour le plus grand mal des intérêts communs «, cette phrase semble pour l’auteur résumer  François Hollande.

L’auteur rappelle que jadis, le ministère des finances s’appuyait pour ses analyses sur des hauts fonctionnaires de droite et de gauche (même PCF avec Anicet le Pors) et  comme Rocard.

Mais maintenant, seul l’ENA compte, avec le succès que l’on sait.

 

LE BALLADURIEN

Laurent  Mauduit rappelle les affaires Cahuzac et Aquilino Morelle.

Il indique que dans le sérail politique «  Aquilino Morelle » était  affublé du surnom  de « balladurien », en référence à la caricature célèbre de Balladur, par Plantu, en « marquis dans une chaise à porteur ».

Selon  lui tout le monde connaissait, ses turpitudes.

Il nous indique que Mitterrand voulait dès 1988, faire rentrer « Tapie » dans le gouvernement socialiste, et que Rocard a refusé (il a dit «  Je ne veux pas d’un Stavisky dans mon gouvernement).

 

LA GENERATION MNEF AU POUVOIR

Hollande a promu avec force et vigueur l’ENA et les ministres caméléon (un coup à droite, et un coup à gauche, comme Jouyet  et Macron).

Mais il a aussi fait accéder au pouvoir les protagonistes du scandale de la MNEF des années 1990(affaire d’emploi fictif et d’enrichissement personnel), c’est-à-dire Harlem Désir, Cambadelis, Jean- Marie le Guen (qui serait selon l’auteur un ancien du gud), et Julien Dray et Laurence Rossignol (secrétaire d’état  de la famille).

La MNEF avait été prise d’assaut dans les années 1970, par le courant  trotskyste Lambertiste (OCI extrême gauche).

Laurent Mauduit révèle également que Jean- Christophe Cambadelis aurait bénéficié de complicité pour soutenir une thèse en sociologie  à l’université de Paris VII.

Cambadelis n’aurait ni licence, ni maîtrise, ni DEA pour s’inscrire en thèse, et qu’il aurait bénéficié de la mansuétude de Pierre Fougeyrollas un sociologue de gauche.

En  Allemagne, un membre du gouvernement a dû démissionner car il prétendait avoir un diplôme qu’il ne possédait pas, mais pas en France.

D’après  Laurent Mauduit, cette  « génération mnef » serait  aussi intervenue dans l’affaire des six frégates de Taiwan, qui a défrayé la chronique.

 

ETUDIANT EN COMPLET CRAVATE

Laurent Mauduit  évoque  également l’ascension de Manuel Valls.

Son parcours universitaire à l’université de Paris 1 est aussi surprenant, qu’étrange.

Il décide de faire du droit et bifurque ensuite vers l’histoire, et semble s’être arrêté en licence.

Dès cette époque, il (Valls) donnait l’impression d’être un professionnel de la politique (toujours en costume cravate avec  une mallette), et ne semblait pas étouffé par l’idéologie.

Il n’allait jamais ni en cours, ni en td.

Michel Rocard a cherché à écarter Valls de son équipe.

Et le premier ministre Jospin n’a pris dans son équipe Manuel Valls qu’en raison de son « forcing » démesuré.

 

Laurent Mauduit dresse un terrible réquisitoire contre le président actuel.

Sur la forme, nous sommes loin de la « république exemplaire », reproché à l’ancien président sous forme d’anaphore (moi  président), et sur le fond (les idées).

Il  y a beaucoup à dire.

Pour  l’auteur, il y a un naufrage qui est train de se produire, qui laissera des traces.

Il reproche au président actuel de trahir ses idées ou plutôt de ne pas avoir d’idée, de se complaire dans une certaine inertie.

Un livre coup de poing.

 

« Ne pas rire, ni se lamenter, ni haïr, mais comprendre »Hegel  (1770-1831)

« Je me révolte, donc  nous sommes » L’homme révolté Albert Camus

« Ils tombèrent sans gloire. Le pis est leurs adversaires y furent pour peu de chose » Marc Bloch  l’étrange défaite

« Tout commence en mystique et finit en politique » Charles Péguy Notre jeunesse

 

 

Laurent Mauduit, A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient, éditions Donquichotte, septembre 2014, 432 pages, 19,90 euros.

Visuel : couverture du livre

La malédiction de la pierre de lune tome 2 de Catherine Cuenca
« Le requiem de Mozart », épisode 3 : « Lorenzo, Samy Chihuahua, Laurence Equilbey et les solistes
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture