Livres

Donne Moi encore cinq minutes de Yonatan BERG

Donne Moi encore cinq minutes de Yonatan BERG

20 février 2018 | PAR David Rofé-Sarfati

On imaginerait que Yonatan Berg met en accusation l’implantation dans laquelle il a grandi, mais à la lecture nous découvrons autre chose, de plus profond. 

Berg nous parle de deux anciens amis de son implantation. Yoav a quitté la religion, enlevé sa kippa et a quitté sa famille pour Tel-Aviv. Comme un cliché Yoav étudie le cinéma, travaille comme barman et passe son temps à faire la fête et à consommer de la drogue. Il a une vie instable faite de petits boulots et de relations éphémères. Bnaya, le deuxième ami, contrairement à Yoav, est le modèle exemplaire de l’habitant d’une implantation religieuse, il est rabbin diplômé et éducateur, marié avec deux enfants et  vit dans la communauté où il a grandi.

Au début du livre, Yoav évoque dans un mauvais trip le souvenir de la mort de son commandant dans une opération d’arrestation d’un suspect qui n’a pas réussi. Cette mort hante Yoav et l’empêche d’avancer. Mais il est déterminé à corriger sa vie, à accepter ce qui s’est passé et peut-être finalement à s’accepter lui-même.

Situé au centre d’une implantation près d’un village arabe, on supposerait un livre sur l’idéologie des colonies, mais la politique a un statut secondaire dans le livre. Donne-moi encore cinq minutes est un acte d’accusation délicat et captivant sur le  mode de vie des religieux et sur ce que devient ce modèle sectaire lorsqu’il s’épanouit dans une géographie contrainte. Le livre est une confirmation littéraire de ce que le sociologue Ervin Goffman appelait asile.

Le roman feint le militantisme, l’éditeur lui-même a choisi de traduire dans son prière à insérer le mot implantation par colonie, mais l’implantation Psagot est en zone C et à ce titre ne sera jamais démantelée mais annexée. Il reste le geste littéraire. Berg parle de lui avec pudeur. On comprend qu’il est tous ses personnages et si l’émotion manque parfois son roman intime est une jolie balade dans une histoire multiséculaire et une géographie complexe.

 Visuel :© L’Antilope

POUSSIERE DE LARS NOREN A LA COMEDIE FRANÇAISE, Une pièce infinie sur la finitude
Les sœurs Labeque et l’orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, une soirée unique à la Philharmonie de Paris
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *