Livres
« Advertising from the Mad Men Era », le meilleur de la pub des 50s et 60s est chez Taschen

« Advertising from the Mad Men Era », le meilleur de la pub des 50s et 60s est chez Taschen

27 août 2012 | PAR Kylhian Hildebert

Les éditions Taschen publient un nouvel ouvrage sur la pop culture : il s’agit cette fois d’une compile des publicités les plus représentatives des années 1950 et 1960 (époque de la série à succès Mad Men). En deux volumes, le plein de consumérisme américain est effectué de manière passionnante…

 

La publicité est le corollaire de la société de consommation : c’est pour donner l’envie irrépressible aux individus de changer constamment d’objets que le matraquage publicitaire peut prendre son essor ; Baudrillard avait tout compris. Véritablement née à la fin du XIXème siècle, la publicité prend un nouvel envol après la Seconde Guerre Mondiale pour redonner du moral à une société endeuillée par cinq ans de conflit. Elle est emplie d’optimisme et vante les mérites d’un capitalisme américain sans bornes. Poussant nécessairement à la consommation et pleine d’un patriotisme exacerbée, elle ouvre la voie à une nouvelle génération d’agences dont le QG est Madison Avenue ainsi qu’à de tous nouveaux directeurs artistiques et créateurs de génie qui la métamorphoseront à jamais.

L’anthologie réalisée par les éditions Taschen réunit la quintessence de cette génération. Durant les Trente Glorieuses, période de consommation sans retenue de n’importe quel produit : tout étant nécessairement consommable, voué à une obsolescence programmée et donc en accord avec l’idéologie américaine face à la main de fer soviétique. Cette succession d’images vaut sans doute autant que de nombreux livres sur le consumérisme américain des années 1950s.

Au fur et à mesure que les pages défilent, on se rend compte à quel point cette publicité entretient une forte corrélation avec l’idéalisme. Ces nombreux hommes en costume cravate comme autant de prototypes des businessmen dont doit receler la société, avec leurs femmes en parfaites housewives prêtes à tout pour satisfaire leurs besoins. On perçoit surtout l’ingéniosité des créatifs, capables de mettre en image, n’importe quelle idée (chaque “Grande Idée”), capables de vendre au pays des 4×4 de petites citadines créées durant l’Allemagne Nazie (Think small pour Volkswagen).

Nombreuses sont les publicités qui ne pourraient pas exister à l’heure actuelle, car trop sexistes ou cherchant à vendre des cigarettes par exemple ; et on peut aisément se rendre compte de l’évolution de l’affichage publicitaire et des divers lois qui ont fait leur apparition et qui ont donné un nouveau cadre aux publicitaires.

Ce n’est absolument pas un livre uniquement destiné aux seuls publicitaires, ou étudiants en marketing/communication mais à tout un chacun, car aficionados de la publicité ou pourfendeurs, il faut admettre qu’elle fait partie intégrante de la société et de la culture d’un pays. L’aphorisme de Baudrillard n’est pas prêt de changer.

Mostra de Venise 2012 : la sélection décryptée
My Tour Manager fête son ouverture le 13 septembre au Divan du Monde
Kylhian Hildebert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration