Cinema

Orson Welles ressuscité : The Other Side Of The Wind

Orson Welles ressuscité : The Other Side Of The Wind

04 septembre 2018 | PAR Clara Bismuth

Qui ne se vanterai pas d’être un génie quand on s’appelle Orson Welles ? Trente-trois ans après sa mort, le réalisateur incontournable d’Hollywood refait surface avec son film inachevé The Other Side Of The Wind sur Netflix le 2 Novembre 2018.

Illusionniste et maître du suspense, ayant un goût prononcé pour l’audace, perfectionniste et visionnaire, Orson Welles offre au 7ème art l’image parfaite d’un enfant prodigue d’Hollywood qui en a vu beaucoup. Autodidacte, l’américain a tout fait. Tout. Producteur, réalisateur, acteur, homme de théâtre et présentateur radio, scénariste, doubleur, dessinateur, écrivain…rien n’a pu arrêter Welles même dans ses heures sombres, qu’il s’agisse de ses problèmes avec le fisc ou de la disgrâce des producteurs envers l’homme.
Laissant derrière lui un grand nombre de films inachevés, c’est à se demander s’il n’avait pas prévu de laisser de la matière aux futurs générations pour perpétuer sa carrière post mortem.

La reprise de The Other Side Of The Wind est donc un projet colossal qui demande du courage. Netflix en a déjà dévoilé la bande annonce et le film, éligible aux oscars, promet un grand spectacle. Une minute quarante qui laisse entrevoir un tableau pop-surréaliste où règne le psychédélisme. Action, intrigue, fête délirante avec le gratin hollywoodien imbibé d’alcool, rendez-vous avec Dieu ou Lucifer, bref une grande scène théâtrale où tout est possible.

Tourné entre 1970 et 1976, The Other Side Of The Wind revient sur les derniers jours d’un grand cinéaste qui tente son come-back sur une création hyperbolique. Serait-ce un clin d’oeil du réalisateur depuis l’au-delà ? Mystère. Ce qui est certain c’est qu’il en avait déjà monté 42 minutes, le reste reposant entre les mains du monteur Bob Murawski, célèbre notamment pour son travail sur le film Démineurs.
Puis arrive un casting inédit : John Huston ( réalisateur du Faucon maltais et The Misfits), Peter Bogdanovich (The Last Picture Show), Oja Kodar (la compagne de Welles), Bob Random et Susan Strasberg. A ce stade l’excitation est déjà forte.
Mais le reste de l’équipe technique fait d’avantage rêver.
The Other Side Of The Wind fait honneur au travail du directeur favori de la photographie du cinéaste, Gary Graver, avec qui Orson Welles collabore en 1973 sur F for Fake et en 1981 sur Filming The Trial. Jusqu’ici la tension est encore soutenable mais avec une bande originale de Michel Legrand, c’est l’évanouissement spontané.
Le film menace donc de couper le souffle aux amoureux fidèles du réalisateur mais aussi de donner une bonne leçon de cinéma aux générations actuelles, curieuses de vivre un tel événement.

Visuel : ©Netflix

Destiny 2 Renégats : La vengeance sera terrible !
De Freud à Federn : Une correspondance chargée d’histoire et d’affection
Clara Bismuth
Rédactrice pour le magazine Toute La Culture depuis mars 2018, principalement dans les rubriques Musique et Cinéma.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *