Cinema
[Live report] Ouverture du cycle « Séoul hypnotique » en présence du cinéaste Jang Jin

[Live report] Ouverture du cycle « Séoul hypnotique » en présence du cinéaste Jang Jin

16 septembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Trois jours avant le lancement officiel de l’année de la Corée en France, le Forum des images précédait les festivités en ouvrant son cycle enfiévré de 80 films sur Séoul Hypnotique. Cette première projection officielle a commencé très fort avec le film inclassable, trans-genre et percutant du cinéaste Jang Jin, Man on High Heels (2014). Une belle et  formidable soirée cinématographique suivie d’un joli buffet coréen, et d’une série de tests de produits cosmétiques de l’élégante marque franco-coréenne Erborian.

[rating=5]

C’est sur une série de discours joyeux et en présence de l’ambassadeur de Corée du Sud, que le cycle Séoul Hypnotique s’est ouvert, ce mardi 15 septembre au Forum des Halles. Invité d’honneur de ce cycle précurseur de l’année de la Corée en France et du réalisateur Jang Jin. Flegmatique et décalé, ce dernier a répondu avec humour aux questions qui lui étaient posées en amont de la projection, confessant une facilité désarmante à créer et se retirant sur un pince-sans-rire « il faut savoir écourter le temps de parole avant la projection des films« .

L’humour et le décalage, nous les avons retrouvé partout dans Man on high heels (Un homme sur de hauts talons), film survolté qui nous a immédiatement happé dans un univers urbain, violent et imprévisible. L’histoire est celle de Yoon (Cha Seung-Won, qui crève littéralement l’écran), un policier si balèze qu’on l’appelle « l’homme qui valait trois milliards ». Mais ce monstre de muscles aux membres doublés de métal porte aussi une part féminine qu’il rêve d’exprimer : jusqu’à se faire opérer. Si les gangsters-bouchers qui menacent la ville, ses collègues et une amie d’enfance lui en laissent le temps et la force…

Passant sans transition de la scène de combat au flash-back romantique à corde, ou du massacre sanglant à mains nues à la scène de boustifaille kitsch entre amis, Man on high heels nous balade dans un Séoul explosif, imprévisible et d’une puissance visuelle exaltante (chapeau à la photo signée Lee Sung-Je !) Gros plans saccadés, changements de rythmes et contre-pied d’humour sont autant de pouls battants qui donnent au film un rythme et une puissance incomparable : on rit, on s’émeut, on s’identifie, on se cache les yeux pour ne pas voir le sang et l’on retient son souffle tout au long d’un film puissant et inclassable.

Pour ceux qui auraient raté cette projection d’ouverture, Zootrope distribuera le film en France au printemps 2016. Et Jang Jin est encore là toute la semaine pour présenter plusieurs de ses films dont Gun talks et Good Morning President.

La soirée s’est terminée par un verre de vin accompagné de nouilles au Forum des Images, à discuter de l’année de la Corée en France, à découvrir un peu de calligraphie sur éventail de papier et également l’effet triple des produits Erborian, marque cosmétique partenaire de ce cycle de films, qui vient d’ouvrir sa première boutique en France, avenue de l’Opéra, et qui travaille les elixirs de beauté coréens (yuzu, gingseng, bambou..) avec un savoir-faire français. Nous avons déjà adopté le CC crème, qui lisse et unifie le visage tout en transparence…

Tout le programme de Séoul Hypnotique, ici.

Photo  : Mélodie B.

Infos pratiques

Musée du Domaine départemental de Sceaux
Echomusée
Clouard-Geraldine_1

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *