Cinema
[Les Arcs, jour 2] La compétition commence, la saison de ski aussi

[Les Arcs, jour 2] La compétition commence, la saison de ski aussi

12 décembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

C’est sous un grand soleil et avec peu de monde et pas mal de neige que nous avons profité de ce dimanche matin aux Arcs pour faire du ski.

arcs-photo-cover

Un moment divin, qui ne nous a pas empêchés de rejoindre tous les professionnels du Festival du Films Européen des Arcs en altitude à la terrasse du Festival des arcs 2000 pour un déjeuner un plein air huîtres et vin blanc.

fulvio-berasconi

Notre  « vraie » journée cinéphilie a commencé à 18h A 18:00, en salle Taillefer, le public et le jury ont pu voir le premier film de la compétition de cette 8 e édition du festival. Miséricorde, de Fulvio Bernasconi nous a emmené dans les pas de l’acteur Jonathan Zaccaï dans le Grand Nord canadien. Road movie social et de pardon, ce film aux angles ample mêlé Suisse et Québec dans un volontarisme un peu accentué de pointer vers les injustices. Notamment vers la communauté indienne du Québec. Malgré ses beaux paysages et l’apparition agréable de la grande Marthe Keller, Miséricorde manque à la fois de vraisemblance dans son scénario (le héros qui veut se faire pardonner un acte inimaginable commis en Suisse part à la poursuite d’un chauffard qui a assainie un adolescent indien et s’est enfui) et de subtilité dans ses personnages et les descriptions qu’il impose (l’alcool et les indiens, l’appétit de la lieutenant enceinte…) ce premier film de la compétition nous a laissés un peu interdits.
Miséricorde, de Fulvio Bernasconi, avec Jonathan Zaccaï, Evelyne Brochu, Marthe Keller, France, 90 min. En compétition.deruas-hesme

Après une petite pause, c’est un trio de femmes vives de précises qui venait présenter le deuxième film de la compétition: Caroline Deruas et ses deux comédiennes principales :Jenna Thiam et Clothilde Hesme nous ont présenté dans la joie et l’éloge des femmes le premier film de la réalisatrice et complice de Philippe Garrel pour l’écriture de plusieurs de ses films. Rêverie onirique et humoristique sur la Villa Médicis (où la cinéaste a passé un an), L’indomptée se concentre autour de deux femmes pensionnaires de la mythique institution française à Rome, l’une écrivaine, l’autre photographe. Commençant par un générique très lyrique année 1970 et enchaînant avec une fausse archive sur la Villa, le film dépeint ses fantômes et statues comme sources d’inspiration, tandis que la place des femmes, toujours entrain d’y courir pour fuir leur mort depuis Messaline, est encore et toujours au centre de très pertinentes questions. Menteurs, baiseurs, voleurs pour les plus âgés et surtout castrateurs, les hommes hétérosexuels n’y sont pas épargnés, mais toujours avec justesse et humour, tandis que les héroïnes mettent du temps à se défaire de leurs fils à la patte. Un premier long-métrage vivace, référencé et très fin, qui donne envie de voir la suite même et si la réalisatrice a elle-même souligné que ce premier films a parfois les défauts évidents d’un premier films : elle a voulu y mettre beaucoup, beaucoup de choses.

L’indomptée de Carlonie Deruas, avec Clothilde Hesme, Jenna Thiam , France, 2016, 1h40, Sortie le 1ier février 2017.

Un cinéquizz était organisé en fin de soirée, mais la faim nous a poussés à regagner le logis après une magnifique journée de cinéma, de montagne et de découvertes.
visuels : YH

Bruce LaBruce : des « Premières œuvres » frappantes dans une belle édition DVD
[test] PS4 The Last Guardian « Une expérience hors norme ! »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *