Cinema
« L’ennemi » au 38ème festival du polar de Reims : un jour on saura peut-être

« L’ennemi » au 38ème festival du polar de Reims : un jour on saura peut-être

31 mai 2021 | PAR Bernard Massoubre

Le 38ème festival du polar de Reims s’est déroulé cette année du 26 avril au 30 mai 2021. 21 films ont été diffusés, répartis dans 3 catégories (compétition, sang neuf et hors compétition). A cause de la crise sanitaire liée au COVID-19, la projection des films a eu lieu en ligne. Projeté H-hors compétition, L’ennemi de Stephan Streker nous plonge dans une enquête belge et passionnée… 

« Un jour, tu verras, on se rencontrera, Quelque part, n’importe où, guidés par le hasard.. ». Le film débute par cette chanson de Mouloudji. Elle est le fil rouge d’un amour destructeur entre Maeva, une animatrice vedette, et Louis Durieux, un député ministrable. C’est le gris de la Mer du Nord. C’est Ostende revisité par Arno, une interprétation moins nostalgique que celle de Ferré, mais plus noire. Ce pourrait être Deauville filmé par Lelouch en un plan séquence. Mais, ici, le pouvoir n’est jamais loin. C’est un monde de jolies femmes et de whisky japonais. Les costumes du parlementaire sont de qualité, comme la robe de mariée de Maeva. Tout est luxe et volupté. Une femme est morte et son mari est accusé. Est-il coupable, et si non, ne sommes-nous pas toujours un peu coupables ? Si elle s’est suicidée, son mari n’est-il pas en partie responsable de cet acte ?

C’est le monde des Flamands et celui des Wallons, qui cohabitent. Et le fait divers a lieu en Flandres, région de la Belgique où l’homme politique Louis Durieux n’est pas connu. Celui-ci refuse de parler flamand, langue qu’il dit ne pas comprendre. Cette situation ubuesque est aussi à l’origine du maintien en détention de Durieux. Les unités de concentration des psychotropes ne sont pas les mêmes en Flandres et en Wallonie. Ainsi la justice flamande a considéré que Maeva n’avait pas pu décéder des suites d’une prise massive de médicaments. En fait, le taux sanguin avéré était mille fois supérieur. C’est une histoire d’amour et de haine, une histoire de passion qui finit mal. Et qui laisse sur le carreau les deux protagonistes : une morte et un mort-vivant. Le réalisateur Stephan Streker a été journaliste sportif, c’était un spécialiste de boxe. Dans L’ennemi, comme sur un ring, on ne triche pas. Tout est cash.

Stephan Streker, L’ennemi, avec Jérémie Renier, Alma Jodorowsky, Emmanuelle Bercot, Félix Maritaud, Zacharie Chasseriaud, Belgique, 1h44, sortie le 29 septembre 2021.  

visuel : alba films

Une playlist entre hommage et légèreté
Hélène Coutard : Partir ou mourir en Arabie Saoudite, les Fugitives n’ont pas le choix
Bernard Massoubre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture