Cinema

« La Reine des neiges » au Grand Rex

« La Reine des neiges » au Grand Rex

25 novembre 2013 | PAR Géraldine Bretault

Comme chaque année, le Grand Rex se met au diapason des fêtes de fin d’années avec son célèbre spectacle « La Féerie des Eaux ». Une belle occasion de venir découvrir le dernier Disney, «La Reine des neiges ».

Le Grand Rex a été conçu par ses architectes comme un modèle réduit du Radio City Hall de New York. En plein règne du style Art déco, le public raffole alors des « cinémas atmosphériques », ces salles au décor grandiloquent qui vous plongent instantanément dans un ailleurs enchanté. Rien n’est trop beau pour ravir les yeux des spectateurs, et si le Radio City Hall séduit les foules du monde entier avec ses Rockettes, c’est son spectacle aquatique qui fera la gloire du Rex à partir des années 1950.

Un spectacle qui ravit les plus petits, à entendre leurs exclamations, tandis que leurs parents revivent en raccourci une année de tubes… de Daft Punk à Stromae en passant par Psy et son Gangnam Style ! Mais chut, place maintenant au dernier né de Walt Disney.

Librement inspiré du conte éponyme d’Andersen, La Reine des neiges répond sans faillir à tous les codes du genre : les princesses rêvent du prince charmant, et nos oreilles doivent subir un nombre inimaginable de chansons « à voix » entre le générique de début et de fin… Ne boudons pas notre plaisir pour autant : John Lasseter, dissident un temps réfugié chez Pixar, officie désormais à la direction artistique des deux maisons réunies, et cela se sent à défaut de s’entendre : il faut signaler l’incroyable diversité dans le rendu des textures du froid : gel, glace, cristaux, flocons, neige poudreuse… Les contrées du grand froid s’animent sous nos yeux, et certains plans panoramiques sont particulièrement réussis.

De plus, l’héroïne, Anna, a autre chose à faire que d’attendre paisiblement le mariage, elle a aussi le sens du devoir et des liens sororaux. Un message décliné parmi tous les personnages : ne nous fions pas aux apparences, le prince charmant n’est peut-être pas celui qui s’annonce comme tel… Notons encore une galerie de personnages secondaires particulièrement réussis, dans la veine des plus grands Disneys, du bonhomme de neige au renne qui accompagne le jeune tailleur de glace. Les séquences burlesques le disputent aux épisodes les plus épiques.

Enfin, si vous souhaitez prolonger la magie du 7e art, ne manquez pas la visite des Étoiles du Rex, véritable parcours à travers les coulisses du cinéma qui vous conduira en 45 minutes de la salle de montage à la fabrication des effets spéciaux, en passant même derrière sa grande toile de projection.

Visuel : © Thierry Nava

Infos pratiques

Abbaye de Noirlac
Midi-Pyrénées fait son Cirque en Avignon
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *