Cinema

« Jusqu’à la garde », un film puissant sur la violence en famille [Critique]

« Jusqu’à la garde », un film puissant sur la violence en famille [Critique]

01 décembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Connu comme comédien, remarqué pour son court-métrage avec Léa Drucker et Denis Ménochet, Avant que de tout perdre (2012), Xavier Legrand retrouve ce couple d’acteurs impressionnant pour son premier long-métrage Jusqu’à la garde. Un film fort et terriblement maîtrisé sur la séparation d’un couple et la violence familiale qui a remporté deux prix à Venise, vu à Arras et Belfort, et qui sort sur nos écrans le 8 février 2018.
[rating=5]

Myriam et Antoine Besson se séparent après une vie et deux enfants ensemble : Joséphine, 17 ans et Julien, dix ans. Désorienté, le père a pris un travail près de la maison de ses beaux-parents où son ex-femme et ses enfants se sont réfugiés. Alors qu’aucun des deux enfants ne veut voir celui qu’ils appellent « l’autre », la juge donne un droit de visite à Antoine qui fait 1000 kms chaque week-end en attendant son nouveau travail pour voir son fils. Entre Myriam qui se cache chez ses parents et refuse de parler à son ex-compagnon et Antoine qui vit avec un désespoir violent la dépossession de sa famille, le petite Julien (étonnant Thomas Gioria) est tiraillé entre ses parents tandis que la violence la plus profonde monte accompagnée d’un malaise insoutenable.

Dès la première scène chez la juge, tout est dit : la grande sobriété du film, le jeu infiniment précis et bouleversant des acteurs et une grandeur dans la gestion des mots et des silences, qui rappelle le meilleur d’une certaine tradition du cinéma français, quelque part entre Clouzot et Miller. Parfaitement mis en scène, faisant l’économie du pathos comme de la musique, juste socialement sans jamais surligner cet aspect, généreux avec ses personnages secondaires et ténébreusement beau jusqu’à son titre et grimpant jusqu’à la résolution finale, Jusqu’à la garde est un très grand film, qui laisse le spectateur soufflé. Xavier Legrand est un réalisateur dont on n’a pas fini d’entendre
parler…

Jusqu’à la garde, de Xavier Legrand, avec Léa Drucker, Denis Ménochet, Thomas Gioria, France, 2018, 1h33 Hat et Court. Sortie le 8 février 2018.
visuels : photos officielles du film

L’agenda des soirées du week-end du 1er décembre
M Pokora va se consacrer au cinéma
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “« Jusqu’à la garde », un film puissant sur la violence en famille [Critique]”

Commentaire(s)

  • Vincent

    Bonjour,
    J’ai vu sur AlloCiné que le film sortait le 7 février.
    Belle journée
    Vincent

    décembre 2, 2017 at 12 h 48 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *