Cinema

« Go Fish » en DVD : le film culte et plaisant de la créatrice de The L Word est revenu

« Go Fish » en DVD : le film culte et plaisant de la créatrice de The L Word est revenu

27 septembre 2017 | PAR Geoffrey Nabavian

Découvert aujourd’hui, Go Fish, film culte de 1994, qui donne à voir l’existence rigolarde et parfois dure d’un groupe de lesbiennes à Chicago dans les années 70, apparaît comme une balade plaisante et bien écrite.

Pour le cinéphile fou d’avant-garde en plein dans ses 27 ans, Go Fish reste associé à un programme « Nouveau Cinéma Queer », proposé dans les salles françaises au début de janvier 1995. Le film de Rose Troche, américaine co-créatrice de la série The L Word, qui signa aussi les films Des chambres et des couloirs (1999) et The safety of objects (2003), y était paru en même temps que Zero Patience, de John Greyson, et Swoon, de Tom Kalin. Le découvrir aujourd’hui procure un sentiment joyeux. Réalisé en noir et blanc, dans une rythmique qui s’attache plus que tout aux dialogues, aux mots de ses personnages, et avec une mise en scène qui se permet quelques tournoiements, Go Fish offre une balade dans le Chicago des années 70, au sein d’un groupe de filles lesbiennes qui se racontent leurs vies, et s’expriment sur leurs attentes. Film culte, en raison de sa représentation des lesbiennes, il apparaît aujourd’hui très bien joué, et bien écrit.

Camille, dite Max, donc, interprétée par la très juste Guinevere Turner, cherche un amour parmi les filles qu’elle est amenée à fréquenter. Le film offre, de temps à autre, d’écouter ses pensées en voix-off. Et de suivre les conversations de ses amies, occupées à parler pas mal de leurs existences, et de drague aussi. Pour Max, l’objet du désir va s’incarner soudainement dans Ely, jeune femme plus calme, un peu plus effacée, jouée par V.S. Brodie, également très juste. Au long de la durée – courte – de l’oeuvre, éditée aujourd’hui par Outplay dans un DVD sorti le 24 juin 2017, leur relation à venir va chercher ses marques. En compagnie des autres protagonistes : Kia la coloc fidèle, Evy sa compagne, qui sera rejetée par sa mère du fait de son orientation sexuelle, ou Daria, la « tombeuse » du groupe.

Entre comédie et chronique au ton pas si grave, Go Fish – « A la pêche ! » en français, « pêche » à la girlfriend, donc – touche par ce qu’il donne à voir, de façon bien humaine. Par les caractères qu’il peint, entre fiction et part de vérité pure. Par les humanités, et les vies (par ici) qui se cherchent, qu’il amène à s’exprimer librement. On y saisit aussi quelques pensées intéressantes au vol, dans le flot de paroles qui s’y trouve déversé…

Go Fish. un film de Rose Troche. Avec Guinevere Turner, V.S. Brodie, T. Wendy McMillan, Migdalia Melendez, Anastasia Sharp. Origine : Etats-Unis, 1994. Durée : 1h10.  A découvrir, également, en ce moment : un top film sentimental.

Visuels : © Outplay

« Money », nuit d’enfer et grosses coupures [Critique]
La série « The Nest » en DVD : la quête, fine et sobre, d’un jeune homo à Porto Alegre
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *