Cinema
[Dinard 2016, Critique] « Sing Street » de John Carney, HItchcock d’or 2016

[Dinard 2016, Critique] « Sing Street » de John Carney, HItchcock d’or 2016

02 octobre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir séduit le public de Sundance et du Festival du Film américain de Deauville, le film Sing Street a fait un carton au Festival du Film Britannique de Dinard en raflant 4 prix, dont le fameux Hitchcock d’or. Retour sur cette fable musicale feelgood qui nous plonge dans le Dublin des années 1980 et cumule production léchée et BO irrésistible, écrite par les membres de U2 : Bono et The Edge.

[rating=4]
Dans le Dublin où triomphe rock, métal et new wave, le jeune Conor 15 ans doit faire face au divorce de ses parents et à leurs difficultés économiques qui l’emmène vers nouveau bahut, catholique et rigide. Finis les cours de français, mais place à la musique, puisqu’il veut séduire la belle Raphina, orpheline un peu perdue qui guette son avenir, book en main, sur le trottoir de devant ce collège. Avec le coaching de son frère, Connor crée autour de lui un groupe, qui veut faire de la musique « futuriste », inspirée par Druan Duran et Motorhead. Et bien sûr puisque l’ère est au visuel : il faut tourner des clips dont Raphina est la star.

Success story baigné de musique, Sing Street pourrait être une comédie musicale sur Broadway: l’on se glisse dans toute une époque pas si lointaine, l’on suit avec plaisir les progrès musicaux et les influences nouvelles du groupe, l’on tremble avec Connor quand il tente d’embrasser Raphina et l’on se sent drôlement bien de voir ainsi des jeunes gens créer. Parfaitement maîtrisé, Sing Street joue de sa BO en or et de ses acteurs irrésistibles pour emmener son public vers la félicité. A voir en salles le 26 octobre 2016.

Sing Street, de John Carney, avec Lucy Boynton, Maria Doyle Kennedy, Jack Reynor, Kelly Thornton et Ferdia Walsh-Peelo, Irelande, 105 minutes, sortie française Mars distribution, le 26 octobre 2016.

La playlist de la semaine (175) « Calîn »
[Critique] du film documentaire « Fuocoammare » Un angle discutable pour traiter Lampedusa
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Dinard 2016, Critique] « Sing Street » de John Carney, HItchcock d’or 2016”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *