Cinema

Cristian Mungiu parrain de la 10e édition de La Fabrique Cinéma de l’Institut Culturel Français [Cannes 2018]

Cristian Mungiu parrain de la 10e édition de La Fabrique Cinéma de l’Institut Culturel Français [Cannes 2018]

29 mars 2018 | PAR Yaël Hirsch

Alors que le réalisateur réalisateur Roumain Christian Mungiu, palme d’or en 2007, est le parrain de cette 10e édition de la Fabrique Cinéma de L’institut Culturel Français, la sélection est cette année riche de plusieurs films africains.

250px-Institut-francais

Programme de repérage et de valorisation de réalisateurs et producteurs des pays du Sud, la Fabrique Cinéma accompagne pour la 10e année une série de premiers ou deuxièmes longs métrages au cœur du Festival de Cannes

Cristiano Mungiu est le parrain idéal selon Anne Tallineau, la directrice générale déléguée de l’Institut Français, parce qu’il est actif – pas seulement pour ses propres œuvres – mais aussi dans la découverte etl’accompagnement de jeunes réalisateurs Roumains. Producteur, à l’origine du collectif Les Contes de l’âge d’or et ayant tissé des liens entre Cannes et la Roumanie, c’est un passeur.

Lors d’une conférence de presse à Paris, ce 29 mars 2918, la sélection de cette année a été dévoilée. L’Afrique est très présente dans cette sélection avec Au milieu de nulle part de Samantha Nell (Afrique du Sud), La nuit des rois de Philippe Lacôte (Côte d’ivoire), Dia de Achille Ronaimou (Tchad) et le seul documentaire de la sélection : le film nigérian Zinder de la sociologue et réalisatrice Aïcha Macky qui suit des gangs du Nord du pays. De République Dominicaine, Candela de Andres Farias propose une intrigue politique sulfureuse. Les autres projets retenus sont : La louve, de Kiro Russo pour la Bolivie, La Meute de Andres Ramirez Pulido pour la Colombie, Le Chevalier noir, de Elias Aleebrahim Dehkordi pour l’Iran, Regretful at Dawn de Sivaroj Kongsagul pour la Thaïlande et Sepharyma de Marysia Nikitiuk pour l’Ukraine.

Alors que pour la deuxième année consécutive la Sacem est partenaire de l’evenement, le compositeur qui assurera la masterclass auprès des membres du programme est Amin Bouafah à qui l’on doit les BO de Timbuktu et de La belle et la meute.

Le Nain en version réduite à Rennes
Rencontre exceptionnelle avec Akaji Maro le 29 mars à 18h30
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *