A l'affiche
Sarlat : « Robuste » la puissance de Déborah Lukumuena et de Gérard Depardieu

Sarlat : « Robuste » la puissance de Déborah Lukumuena et de Gérard Depardieu

13 novembre 2021 | PAR Olivia Leboyer
Robuste image

Une rencontre entre un homme vieillissant et bougon et une jeune femme, c’est un grand classique. Ici, Gérard Depardieu joue presque son propre rôle, si ce n’est qu’il s’appelle Georges. Face à lui, une jeune femme aussi robuste que lui, de corps comme de caractère. TLC avait découvert et apprécié ce film lors de sa projection cannoise.

Il y a plein de jolies choses dans Robuste. De moments un peu suspendus où les regards échangés pèsent vraiment. Car Georges et Aïssa (Déborah Lukumena, que l’on a beaucoup aimée dans Divines) commencent par se jauger, comme à la lutte. Lui est un grand acteur, elle son OS (Officier de Sécurité), chargée de le suivre et de la protéger. Des autres comme de lui-même. Georges conduit trop vite sa moto, boit, râle, bouffe… Et livre quelques précieux conseils : se réciter un mantra contre le trac « Riche de mes seuls yeux tranquilles« .

Face à ce show Gérard Depardieu, Aïssa, bien campée, massive, observe et écoute. Elle entretient une liaison avec un collègue, qu’elle impressionne visiblement. A tous les niveaux, il semble ne pas faire le poids. Les scènes de nudité, ou de contemplation de poissons japonais « difformes mais beaux quand même » rappellent que ces corps-là interpellent, frappent d’emblée.

Plusieurs scènes : un dîner interrompu, un enfant en visite, une répétition pendant un repas, possèdent une vraie justesse de ton. Dans Rhapsody, en 2015, Constance Meyer avait déjà dirigé la masse Gérard Depardieu, le confrontant alors à la fragilité d’un bébé.

Robuste, de Constance Meyer, France, 1h35, avec Gérard Depardieu, Déborah Lukumena. Sortie le 2 mars 2022.

visuels: photo officielle du film.

Sarlat : « Le Test » comédie sensible et ouverte d’esprit d’Emmanuel Poulain-Arnaud
Le sel de Christelle Harbonn à La Criée de Marseille
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture