A l'affiche

« Manuel » vingt nuances d’adolescence grise par Dario Albertini [Cinemed]

« Manuel » vingt nuances d’adolescence grise par Dario Albertini [Cinemed]

02 novembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Programmé pour le 14 février sur nos écrans, le premier long-métrage de fiction Dario Albertini a triomphé à Cinemed où il a, entre autres prix, remporté l’Antigone d’or. Fiction portée par le sublime Andrea Lattanzi, Manuel nous permet de suivre la sortie d’une enfant de 18 ans du foyer pour jeune où il a été placé. Une trajectoire courageuse et touchante, racontée avec réserve et empathie.

[rating=5]

A 18 ans, Manuel va bientôt quitter l’institution où il a été placé et où il a grandi tandis que sa mère purge une peine de prison. Calme, mature et posé, il est un point de référence pour certains enfants plus petits eux aussi placés en foyer spécialisé. Mais il a toujours été gardé à l’abri du monde, dans ce lieu froid mais efficace où il n’avait d’autre personne à charge que lui. A sa sortie, il peut épargner à sa mère fragilisée des mois de prison s’il la prend en charge par une peine à domicile. Avec amour filial, courage et résolution, il cherche un emploi et nettoie leur logement…

Encore très attaché au documentaire qui a généré sa naissance, La Repubblica dei Ragazzi, Manuel multiplie les angles et les teintes de gris dans une banlieue romaine tut sauf souriante. Il fixe avec ardeur le visage parfait au nez aquilin de Andrea Lattanzi pour dresser un portrait brut, profond et presque muet d’un jeune qui éclot dans des circonstances rugueuses. Tant dans le contenu que dans sa forme, le film se tient toujours droit, amenant l’émotion par des petites touches rectilignes et précises. Tout est juste dans Manuel, la cadre comme le jeu de l’acteur et l’on se laisse porter dans cette vie extraordinaire mais aussi horriblement banales avec une puissance et un souffle qui sont le signe certain d’une belle leçon de cinéma.

Manuel, de Dario Albertini, avec Andrea Lattanzi, Francesca Antonelli, Raffaella Rea et Giulia Elettra Gorietti, Italie, 97 min, Le Pacte, Sortie le 14 février 2018.
visuels : photos officielles du film

Le féminin demeure à la galerie Jeanne Bucher Jaeger
Simon et Théodore, une comédie émouvante sur la paternité
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *