A l'affiche

Le délicieux « Un jour de pluie à New York » de Woody Allen est en salle

Le délicieux « Un jour de pluie à New York » de Woody Allen est en salle

20 septembre 2019 | PAR Eloise Sibony

 

Rencontres fortuites, situations cocasses, romantisme et coup de théâtre : dans son dernier film, Woody Allen retrouve toute sa quintessence, le temps d’un jour (de pluie) à New York.

Gatsby, interprété par Timothée Chalamet et nouveau double réussi du réalisateur, a tout prévu pour faire vivre un week-end de rêve à sa petite amie Ashleig, jouée par une Elle Fanning qui crève l’écran Une nuit dans un Palace, soirée dans un piano bar, ballade sous la pluie… Mais comme toujours chez Woody Allen, rien ne se passera comme prévu.

Envoyé par ses parents, piliers de la haute société new-yorkaise, Gatsby Welles étudie à l’université de Yardley où il y rencontre Ashleig, fille d’un riche banquier texan et en tombe amoureux. Elle est une charmante provinciale, faussement naïve, et lui un mélancolique New-Yorkais qui a « réponse à tout ». Alors qu’ils se préparent à vivre un séjour calibré, la ville va se retourner contre eux, « New York vous résiste » expliquera Gatsby à sa mère. Ashleig se voit entraîner dans la crise existentielle du réalisateur qu’elle est venue interviewer pour le journal de sa faculté, joué par Liev Schreiber, elle se retrouve mêlée aux histoires d’adultère de Jude Law, un scénariste en souffrance, et se laissera même aller au charme d’un acteur latino (Diego Luna). Gatsby, lui, renoue malgré lui avec la petite sœur d’une ex campée par Selena Gomez, au caractère bien trempée, mais aussi romantique que ce dernier et qui ne rêve que d’une chose un baiser de cinéma sous l’horloge de Central Park.

Mais voila ce qu’il vous arrive quand on défie New-York, ville si chère au cœur de Woody Allen et véritable personnage du film. L’atmosphère et les rencontres jouent contre vous, les amoureux errent, se perdent, se révèlent, la pluie tombe, les artistes ne veulent plus en être, les enfants grandissent, les secrets jaillissent… mais l’amour, lui, se fraye toujours un chemin.

Photo à la une : (crédit : AlloCiné)

L’agenda week-end du 21 septembre 2019 !
« Burn » de Mike Gan : brûler pour exister !
Eloise Sibony

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *