Arts
Vincent Hadot nous parle de L’exposition « Rubika – Biennale #01 – 30 ans d’images, de créativité et d’excellence »

Vincent Hadot nous parle de L’exposition « Rubika – Biennale #01 – 30 ans d’images, de créativité et d’excellence »

13 juin 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A l’occasion de L’exposition « Rubika – Biennale #01 – 30 ans d’images, de créativité et d’excellence » qui se tiendra du 24 juin au 23 juillet au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, Vincent Hadot, directeur du lieu, a accepté de répondre à nos questions.

Parlez-moi de RUBIKA, qu’est-ce que c’est ?

Rubika est un groupe d’écoles professionnelles spécialisées dans le design industriel, l’animation et le jeu vidéo, installé dans les Serres Numériques de Valenciennes. Créé par la Chambre de Commerce et d’Industrie Grand Hainaut, il réunit un Institut Supérieur de Design pour le design industriel, Supinfocom pour l’animation, et Supinfogame pour le jeu vidéo, qui sont tous trois des établissements de renommée mondiale. Rassemblées depuis 2007 sous l’appellation Rubika, ces trois écoles appliquent un modèle pédagogique innovant et transversal qui place l’étudiant au cœur du processus de création et contribue à inventer les métiers de demain à la croisée de l’animation, du jeu vidéo et du design.

Il s’agit de la première biennale, pourquoi maintenant ?

Cette première biennale vient marquer le trentième anniversaire de l’école, créée en 1987 à Valenciennes. Elle entend ainsi dresser un premier bilan de la formation numérique valenciennoise, et de l’évolution de la discipline durant les trois dernières décennies. Enfin, elle permettra aux visiteurs du Musée des Beaux-Arts de découvrir le travail des milliers d’étudiants qui se sont succédé sur les bancs de ces écoles valenciennoises, de la sculpture en volume à l’animation, en passant par le dessin. Rubika pousse ainsi pour la première fois les portes du musée et s’y intègre dans la continuité de la tradition artistique locale, qui a donné naissance durant les derniers siècles aux plus grands, tels Antoine Watteau et Jean-Baptiste Carpeaux, artistes majeurs de nos collections permanentes. Cette biennale ouvre ainsi la possibilité d’un nouveau rendez-vous entre art, création, et modernité.

Quelle place a le numérique au Musée des beaux-arts de Valenciennes ?

Le numérique est omniprésent dans le musée, même s’il ne se voit pas forcément. Ainsi, le musée des Beaux-Arts de Valenciennes donne-t-il un accès numérique à la quasi-totalité de ses collections sur la toile, par le biais notamment du site de l’association des conservateurs de la grande région. Dans les salles du musée, en plus d’un cyberespace à disposition des visiteurs, une réflexion est portée sur la valorisation des œuvres plus fragiles, tels les dessins, par la numérisation. Enfin, l’univers numérique offre énormément de possibilités pour une meilleure connaissance des œuvres, par le biais de restitutions numériques par exemple. Nul doute par conséquent que la place du numérique dans le musée est promise à un développement important, puisqu’il offre des solutions innovantes pour répondre à notre problématique prioritaire d’accessibilité au plus grand nombre.

Comment va se dérouler le parcours, y aura-t-il beaucoup d’interaction avec le public ?

L’exposition « Rubika – Biennale #01 – 30 ans d’images, de créativité et d’excellence » invitera d’abord le visiteur à découvrir l’histoire de ces écoles de pointe. Chacun pourra ainsi évoluer avec le numérique, qui s’est considérablement développé depuis la fin des années 1980. L’exposition développera ensuite chaque grand secteur de formation, à savoir le design industriel, l’animation, et le jeu vidéo. Chaque salle permettra ainsi aux visiteurs d’appréhender ces pratiques, les formations artistiques inhérentes à ces dernières, et les résultats de trente ans d’un travail de formation ambitieux.

Ce mois dédié est-il un lieu de rencontres professionnelles ?

Ce mois de valorisation de la création numérique au musée des Beaux-Arts entend avant tout permettre la découverte d’une discipline innovante. Elle permettra également aux curieux -et peut être aux aspirants designers !- d’en savoir plus sur le contenu de la formation offerte par ces écoles régionales.

Informations pratiques

Musée des beaux-arts de Valenciennes, Boulevard Watteau, 59300 Valenciennes.
Le lundi, uniquement pour les groupes (sur réservation), de 10h à 18h
du mercredi au dimanche, de 10h à 18h
Le jeudi, de 10 h à 20h
Fermeture le mardi 1er janvier, le 1er mai, le lundi suivant le 2ème dimanche de septembre (fête locale), le 25 décembre (ouvert uniquement de 10h à 12h les 24 et 31 décembre)

Site.

Visuel : DR

( Article partenaire)

« Portraits de Cézanne » au musée d’Orsay : la figure au sommet
« Visages Villages » : le questionnement par l’image
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *