Arts

Lionel, l’Enfant bleu : hommage à Henry Bauchau

Lionel, l’Enfant bleu : hommage à Henry Bauchau

03 novembre 2012 | PAR Justine Hallard

La Halle Saint Pierre, toujours dans le cadre de sa présentation de l’art brut, propose non seulement des expositions de très grandes qualités, mais aussi des cycles de conférences afin de partager avec le public la question complexe de la psychanalyse en rapport à l’art.
C’est dans cette perspective qu’un hommage est rendu à Henry Bauchau, décédé au mois de septembre peu avant ses 100 ans, avec la présence de Lionel (dont la rencontre avec Henry Bauchau est à l’origine du livre L’Enfant bleu) et de Anouck Cape, docteur en littérature, qui avec Christophe Boulanger, chargé de conservation de la collection d’art brut au LaM à Villeneuve d’Ascq, a dirigé l’ouvrage paru aux éditions Actes Sud (mai 2012).

« Lionel est le jeune adolescent perturbé dont s’est inspiré Henry Bauchau pour L’Enfant bleu, dans lequel on peut le reconnaître sous les traits d’Orion. Le roman raconte son lent cheminement vers la création artistique. En 1976 le chemin de l’écrivain, alors thérapeute au centre psychopédagogique de la Grange Batelière à Paris, croise celui de son jeune patient, qu’il encourage à exprimer ses peurs et ses fantasmes par le dessin. Suivra l’élaboration d’une œuvre, dense et cohérente : labyrinthes, monstres, îles paradis, cosmos composent le monde de Lionel. Il a trouvé son domaine d’expression, celui du dessin, de la gravure et de la sculpture, caractérisé par une très grande minutie et une dextérité mises au service d’un imaginaire foisonnant. Les thèmes exprimés lors de son adolescence demeurent, trente ans plus tard, mais s’apaisent et s’ouvrent à des préoccupations sur le devenir du monde.

Henry Bauchau né en Belgique en 1913 aurait eu 100 ans au mois de janvier. Il ne verra pas la sortie de son nouveau livre, en octobre, chez son éditeur habituel, Actes Sud, un recueil de textes et de documents en hommage à deux amis, Pierre et Blanche. Pierre Jean Jouve le poète et Blanche Reverchon-Jouve la psychanalyste, avec qui Bauchau entreprit en 1947 une psychanalyse qui allait déterminer sa vie et irriguer toute son œuvre.
Pendant près de vingt ans, il est psychothérapeute dans un hôpital de jour pour adolescents. L’Enfant bleu (2004), l’histoire d’Orion, jeune psychotique ramené au réel par l’art, est né de cette expérience. Considéré comme l’un des plus beaux romans de Bauchau, celui qui illustre le mieux «la bataille toujours perdue que soutient l’indéracinable espérance».
La vie de l’écrivain, telle qu’il la consigne dans son journal, reste déchirée par la reconnaissance qui tarde. Elle commence à venir en même temps qu’il renouvelle son inspiration avec Œdipe sur la route en 1990, Diotime et les lions en 1991, Antigone en 1997.
«Les mythes fondateurs, les belles histoires ne naissant pas d’un effort intellectuel, mais des profondeurs de chacun et de celles de l’évolution et de l’imagination humaines.» (L’Écriture à l’écoute, 2000). Il a 95 ans lorsqu’il reçoit le prix du Livre Inter pour le Boulevard périphérique. Pierre et Blanche, sera son ultime ouvrage, à paraitre chez Actes Sud. (oct. 2012). »

Et si vous n’avez pas encore vu l’exposition Banditi dell’Arte, c’est l’occasion de vous rattraper!

Infos pratiques

JOSSAUME JACK
Editions de l’Olivier
actes_sud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *