Expos
Trois jeunes plasticiens apportent le soleil de printemps au Palais de Tokyo

Trois jeunes plasticiens apportent le soleil de printemps au Palais de Tokyo

19 avril 2013 | PAR Yaël Hirsch

Ce jeundi 18 avril, tandis que le projet « Le Dictateur » lançait le premier volet de son programme « Un homme juste est quand même un homme mort » qui dure jusqu’au 22 avril au Palais de Tokyo, Trois nouveaux artistes curatés par trois jeunes talents entraient en lice pour rajouter encore du sol à réchauffer aux fabuleux soleils d’hiver du mois dernier. Gauthier Leroy, Marcos Avila Forero et Jean-Michel Pancin offrent trois univers à découvrir en marge des phares que sont Julio Le Parc, et Raymond Roussel.

gauthier leroyAu fond du Hall principal juste à droite avant l’expo Le Parc, le lauréat du prix Grolsch off 2012, Gauthier Leroy, mêle art, coutume et architecture dans l’exposition « SMOKIN’O.P.’S » (commissaire : Rebecca Lamarche-Vadel). Inspiré par le Japon, il fait dialoguer ses créations à mesure de tatamis en chaîne de cadavres exquis. Jouant à la fois sur les étapes de la cérémonie du thé et réfléchissant sur les reliques prématurées de notre civilisation d’hyper-consommation, il propose côté cour, comme côté jardin, une architecture à la fois épurée et pleine de détails, grave et ludique.

Une fois descendus les escaliers principaux et passés la scène et les canapés de cuir confortables, prenez à droite, salle 37 et alentours, vous trouverez le travail très politique de Marcos Avila Forero. Sous le titre du village colombien où il a mené ses recherches « Zuratoque », le jeune Prix découverte des amis du palais de Tokyo 2012 ne mesure pas en tatamis mais en toile de jute effilochée. Dans l’installation qu’il propose, l’artiste est allé demander à une trentaine d’habitants ayant perdu leurs maisons d’ écrire une lettre de réclamation racontant leur histoire sur un sac en toile de jute. Il a ensuite photographié chaque sac puis les a effilochés  en demandant aux familles d’utiliser le fil pour en faire des chaussures traditionnelles, signes d’errance. L’installation montre la photo et en -dessous les souliers, ainsi que le son de certaines réclamations que des familles ont voulu chanter… Face à cette installation, Marcos Avila Forero a dessiné une légende locale, à grands renforts de fils de jute trempé dans l’encre, fil issu d’un effilochage lui aussi méthodique. Son art politique de la trace étonne et séduit par la pluralité des médias que l’artiste mobilise.

jm pancin st anneEnfin, dans la pénombre, juste à côté, Jean-Michel Pancin expose une partie du travail qu’il effectue depuis 2 ans sur l’ancienne prison Sainte-Anne d’Avignon, fermée en 2003. Son installation offre une véritable perspective artistique sur l’enfer carcéral, à travers la mise en exergue de dessins de prisonniers (et de prisonnières) récupérés et exposés sur un mur et en face sur plusieurs portes surmontant des stèles. A ce travail de commémoration s’ajoute la remémoration d’un prisonnier qui y a passé 20 ans, qui est retourné en homme libre dans les vestiges de la prison avec l’artiste et son fils et qui raconte des épisodes de sa vie carcérale, crayon à la main, dessinant le plan des lieux où se passent les épisodes racontés. Petit à petit c’est le lieu en entier qui renait sous les doigts de l’ex-prisonnier. Un travail d’archéologue et d’artiste profondément émouvant, et qui distille une réflexion politique quasi-intime sur la violence de la perte de la liberté.

Ces trois expositions sont à voir avant le 20 mai.

Infos pratiques

Artémis Estimations
Art Brussels
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture