Expos
« Regarde-moi », la 4ème édition de Photoquai, biennale des images du monde

« Regarde-moi », la 4ème édition de Photoquai, biennale des images du monde

15 octobre 2013 | PAR Louise Faucheux

La quatrième édition de Photoquai, sous la direction artistique de Frank Kalero, s’oriente autour du thème de la figure humaine. Elle est à voir jusqu’au 17 novembre le long du quai Branly et dans les jardins du musée. A ne pas louper, chaudement vêtus !

Le musée du quai Branly a donné carte blanche à l’Espagnol hyperactif Frank Kalero, très engagé dans la mise en valeur de la photographie internationale, qui a notamment joué un rôle dans plusieurs festivals photographiques en Europe, en Amérique latine ou bien encore dans l’édition. Pour Photoquai, Frank Kalero, a missionné huit commissaires d’Asie, Amérique latine, Australie et Afrique afin de trouver des photographes inconnus en Europe. C’est la première édition où aucun Français ne figure dans la liste des commissaires. Sur 200 artistes sélectionnés, 40 ont été choisis, dans 28 pays différents. La scénographie a été confiée au designer Patrick Jouin.

Chacun des photographes choisis porte un regard particulier sur le monde qui l’entoure et montre sa vision de son pays, autour d’une série de portraits ou d’une thématique qui lui tient à cœur. Le Brésilien Gustavo Lacerda a réalisé une série de portraits d’albinos. Quest for Self, du Bangladais Mohammad Anisul Hoque, est un ensemble d’images métaphoriques qui se rattachent à des souvenirs. La série New Cathedrals du Philippin Estan Cabigas montre des lieux de culte installés au milieu de centres commerciaux. Certains de ces photographes ont fait des clichés de paysages ou de constructions, insistant indirectement sur l’importance et le pouvoir que l’homme a sur son environnement.

Le visiteur de l’exposition est invité à déambuler parmi les panneaux, à s’arrêter et à observer les photographies. Le nom des pays, mis en avant, précède ceux des photographes. Certains de ces pays, comme c’est le cas entre autres pour le Bangladesh, l’Ukraine, le Koweït et le Mozambique, sont représentés pour la première fois dans le cadre de Photoquai.

Constituée de beaucoup de portraits, la plupart en couleurs, l’exposition installe une forme de dialogue entre le visiteur et les images présentées. Les portraits ont d’ailleurs souvent été mis en scène et révèlent une certaine douceur et un grand respect dans la façon dont les modèles ont été photographiés. Les commissaires ont voulu démontrer, à travers leur sélection extrêmement variée, une certaine universalité de la figure humaine. Tout ce qui l’entoure, son environnement, ses vêtements et ses accessoires ne sont que des éléments qui l’accompagnent. Cela individualise le modèle et marque son appartenance à une certaine culture, en le contextualisant. Cependant, il s’agit bien d’établir un constat et de ne surtout pas dramatiser ce qui est pris en photo. Les images choisies ont avant tout pour vocation de faire voyager le spectateur.

D’autres expositions ont lieu dans le cadre de cette biennale, notamment à l’intérieur du musée Branly avec l’exposition Nocturnes de Colombie, images contemporaines, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain avec América Latina 1960-2013, et à la Maison Européenne de la Photographie avec Carlos Fausto – Nus et vêtus comme il faut, ainsi que dans quelques galeries de la capitale.

Un service de médiation est organisé plusieurs fois par semaine sur le quai Branly. Toutes les informations sont disponibles sur le site de Photoquai :

www.photoquai.fr/2013/

Visuels :

(c) Gustavo Lacerda

(c) Mohammad Anisul Hoque

(c) Estan Cabigas

Infos pratiques

Festival Petits et Grands
Espace B
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *