Expos
« Papier Glacé » : un siècle de photographies de mode chez Condé Nast

« Papier Glacé » : un siècle de photographies de mode chez Condé Nast

26 février 2014 | PAR Dorothee Chiara

« Le vrai vocabulaire Vogue c’est les images » Jonathan Newhouse (Président de Condé Nast)

Le 1er mars prochain, le Palais Galliera présentera l’exposition « Papier Glacé » qui retrace l’histoire de la photographie de mode chez Condé Nast. L’exposition permet de voir, à travers des images emblématiques, l’évolution de la représentation de la mode dans le temps ainsi que celle de l’art photographique.

[rating=4]

A l’heure où Instagram et l’instantanéité sont les maîtres-mots, le musée Galliera prend le temps de mettre en valeur les photographies de mode afin de soutenir cet art qui n’est pas encore réellement considéré comme tel. Il puise dans les archives de Condé Nast et réunit 150 tirages des plus talentueux photographes de mode, de 1918 à nos jours. L’occasion de découvrir ou de redécouvrir le travail de 80 photographes de mode. Du premier photographe de Vogue, le baron de Meyer, à Terry Richardson, l’œil peut à loisir capter les changements de notre société. Tous les grands noms de la photographie de mode sont présents : Erwin Blumenfeld qui faisait récemment l’objet d’une exposition au Jeu de paume, le surréaliste Man Ray ,Tim Walker l’enchanteur, l’anti-glamour Corinne Day et le duo retoucheurs de génie Inez&Vinoodh. Ils ont été réunis afin de dialoguer entre eux de l’histoire de Vogue et de la mode. Les images sont accompagnées d’une quinzaine de vêtements, de Jeanne Lanvin à Balenciaga par Nicolas Guesquière, ainsi que de deux salons de lecture. La dernière salle est dédiée à la vidéo. Quelques making-of de shootings donnent naissance à de petits films contemporains, dont un clip déformant hyper esthétique avec la top Daria Werbowy. Peut-être le futur du magazine papier…

Le visiteur ne circule pas entre les photographies de façon chronologique mais à travers différents thèmes, tel celui des « natures mortes » où des photographes comme Guy Bourdin rivalisent d’imagination pour faire jaillir la poésie à partir d’une exigence commerciale. Les thématiques permettent de suivre l’évolution de la femme à travers les lieux où elle est photographiée, les beaux intérieurs laissent place au studio puis à la réalité de la rue comme toile de fond. L’image de la femme se transforme également au rythme du temps, selon les soubresauts de l’histoire et les lignes du vêtement. Le réalisme de certains clichés de Terry Richardson répond à l’univers onirique de Clifford Coffin. L’image de mode, captée de manière intelligente et artistique, est avant tout un moyen d’expression et de communication sur le monde.

Le musée de la mode de la ville de Paris montre une fois encore que mode, histoire et art sont indissociablement mêlés.

 

Visuels: Image 1: William Klein, Vogue France, 1956 @ Condé Nast
Image 2 : Peter Lindbergh, Vogue Italie, 1989 @ Condé Nast

Infos pratiques

Aubercail
Théâtre Saint-Georges – Paris
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

One thought on “« Papier Glacé » : un siècle de photographies de mode chez Condé Nast”

Commentaire(s)

  • redding ottis

    en tant que photographe moi-même et modèle et la mode, j’a été toute particulièrement touchette par votre article. merci.

    mars 1, 2014 at 11 h 44 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *