Expos
Nancy Cunard, portrait d’une femme d’avant-garde au Musée du Quai Branly

Nancy Cunard, portrait d’une femme d’avant-garde au Musée du Quai Branly

04 mars 2014 | PAR Yaël Hirsch

Avec L’Atlantique noire, le musée du Quai Branly fait le portrait d’une poétesse anti-coloniale, amoureuse des noirs de Harlem à l’Afrique en passant par les Caraïbes et qui leur a donné l’occasion de parler de leurs pays, de leurs arts, de leurs traditions et de leurs histoires dans une Anthologie nègre.

« Je suis l’inconnue, l’étrangère
Hors la loi, rejetée par les règles de la vie
Fidèle à une loi unique, une logique personnelle
Qui ne se mêle à rien et refuse de s’incliner
Devant les règles générales« .

N. Cunard. Outlaws. 

[rating=4]

nancy_cunard_quai branlyPoétesse britannique venue vivre en France  au début des années 1920, Nancy Cunard collectionne des pièces d’art dans sa ferme à La Chapelle-Réanville (Normandie). Elle a été amie et muse de nombreux intellectuels de son temps. Cheveux courts, silhouette longiligne et bracelets africains en bois (on peut voir sa collection dans l’exposition) elle se fait habiller par Sonia Delaunay, et photographier par Cecil Beaton, Ma Ray et Curtis Moffat. Fondatrice des éditions « Hours press » elle est l’égérie d’une contre-culture dont le slogan est « Egalité des races, égalité des sexes, égalité des classes ».

Compagne du pianiste noir Henry Crowder, elle se prend de passion pour la culture noire dans son ensemble qu’elle se situe à Harlem (Harlem Document est très beau projet qu’elle mène avec le photographe Aaron Siskind) ou à Madagascar (où elle dénonce le colonialisme),Nancy Cunard décide de diriger une grande « anthologie nègre » (nègre n’étant à l’époque pas politiquement incorrect) où elle rassemble des plumes de toutes les couleurs et des noms aussi prestigieux que Ezra Pound, Edward Frazier, le grand poète noir américain Langston Hughes, le surréaliste Benjamin Perret, ou encore le marchand d’art Charles Ratton (auquel le musée du Quai Branly avait dédié une excellente exposition). Son idée est simple : que chacun parle d’un aspect de la culture, de l’histoire ou des traditions des différentes populations noires, afin de tordre le cou aux pires clichés du darwinisme, du colonialisme et du racisme. Femme de gauche jusqu’au bout, l’élégante Nancy Cunard a protesté contre le fascisme, a milité du côté des républicains espagnols et protesté contre l’annexion de l’Ethiopie par l’Italie.

Bien structurée, joliment scénographiée avec l’amoncellement des bracelets et la mise en exergue des zones géographiques et thématiques de l’anthologie, L’Atlantique noire fait presque oublier qu’elle a peu d’objets ou de photos à montrer et fonctionne comme un grand livre ouvert sur une femme inspirante et inspirée. L’exposition permet également de découvrir d’autres figures pionnières comme Zora Nearle Hurston qui est allée collecter les musiques noires dans le sud des Etats-Unis  à la fin des années 1920. Un voyage et une bouffée d’oxygène politiques..

visuels : affiche de l’exposition et Portrait de Nancy Cunard par Barbara Ker-Seymer © The Estate of Barbara Ker-Seymer

Infos pratiques

Festival Petits et Grands
Espace B
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture