Expos
Les vernissages de la semaine du 7 octobre 2021

Les vernissages de la semaine du 7 octobre 2021

07 octobre 2021 | PAR Yaël Hirsch

Comme chaque semaine, Toute La Culture répertorie pour vous les vernissages les plus alléchants. Et ce n’est pas parce qu’un gros boum est prévu à la fin du mois pour la FIAC qu’il n’y a pas mal de nouveautés cette semaine… 

Jeudi 7 septembre 

De 10h30 à 21h.  Maurice Renoma inaugure sa Cosmogonie dans le QG du parti communiste, 2 place du colonel Fabien dans le 19e. Il s’agit du fruit d’une conversation avec le plasticien Jorge Luis Miranda Carracedo qui est à voir jusqu’au 27 octobre.

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ouvre ce jeudi, l’exposition Yves Thos. Une exposition immersive et en 3D qui révèle un photographe peu connu du grand public. A voir jusqu’au 1er janvier.

En fin de journée, c’est sur un conseil de Freud et dans un troisième chapitre que l’artiste américaine Mickalene Thimas que nous emmène « au-delà du principe de plaisir » à la galerie Nathalie Obadia. Vernissage de 17H à 20H, 91, rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8e. 

Et dans son lieu de la galerie du jour, Agnès B propose de montrer à partir de jeudi soir les oeuvres du street-artiste Futura qui font partie de ses collections. 17 rue Dieu, 75010. de 

Vendredi 9 octobre, direction le Sud :

A Sète, le CRAC Occitanie deux expositions : Appui, tendu, renversé de Jimmy Robert & Pharmakon d’Antoine Renard (lauréat du prix Occitanie Médicis). Vous avez jusqu’au 6 février pour découvrir d’une part le travail de Jimmy Robert qui place l’identité et la représentation du corps noir au centre de sa démarche, et d’autre part celui qu’Antoine Renard a réalisé autour du parfum depuis sa résidence à la Villa Médicis en 2019.

A Serignan, le MRAC Occitanie propose également deux nouvelles expositions d’Anne et Patrick Poirier, et de Laurent Le Deunff, qui vernissent ce même jour. Les deux premiers proposent dans La mémoire en filigrane une déambulation dans l’espace méditerranéen et dans le temps de leur mémoire, avec des travaux de la fin des années 1960 à aujourd’hui, pour certains jamais ou rarement montrés. Et dans My Prehistoric Past Laurent le Deunff ventriloque fait parler des trompes d’éléphants, des chats baillant ou encore des vers de terre creusant un terrier dans un décor minimal – minéral.

visuel : Laetitia Larralde

Le paradis pharmaceutique de Marthaler à Nanterre
La princesse jaune de Camille Saint Saëns et Djamileh de Georges Bizet à l’Opéra de Tours
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture