Expos

Les fictions de « La Lune » s’exposent au Grand Palais

Les fictions de « La Lune » s’exposent au Grand Palais

01 avril 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le 3 avril, le Grand Palais s’ouvre vers l’ailleurs le plus excitant : la lune. Alexia Fabre et Philippe Malgouyres ont laissé voguer leur imaginaire dans un fil très inconscient qui convoque tout ce que le satellite réveille en nous.

Au premier pas, on doute. Les photos de LA mission Apollo 11 qui il y a cinquante ans a vu des hommes marcher sur la lune est célébrée au premier degré. Photos et objets du quotidien nous accueillent au cœur d’un mix qui va de Melies à Kentridge. Le message est un peu trop simple pour nous plaire : la lune inspirait, la lune inspire et la lune inspirera. Alors on quitte cet espace pour aller plus loin. Justement vers une pensée moins terre à terre.

Et là, tout devient merveilleux. Les quatre parties suivantes ne suivent en réalité qu’un seul fil, celui de la nuit. Et la question s’inverse : qui n’a pas peint la lune ? Noire, en éclipse, cachée, rousse, pleine… Les commissaires entrechoquent leurs envies et les époques pour montrer que chez Dürer, La vie de la La Vierge : la vierge assise sur un croissant de lune  comme à la basse époque égyptienne où Thot, le dieu de la lune, tient dans sa main l’œil oudjat, avant que les hommes n’arrivent à fouler ce sol-là, la lune est un support à toutes les croyances, religieuses ou mystiques.  Et plus tard, aussi un levier pour les romantiques du XIXe. L’apparition de la Reine de la nuit chez Thiele; le Clair de lune sur le port de Boulogne de Manet ou le très rare Scène d’une nuit de mai de Gogol, Les sirène ou Clair de lune de Ivan Kramskoy sont tous des invitations à l’étrange. La lumière est irréelle dans ces nuits sous projecteur.

Il est fascinant d’opposer les artistes qui n’ont pas connu la marche sur la lune à leur enfants. Bien avant Apollo 11 les chercheurs ont observé ( dès le premier XVIIEe) et certains se sont approchés très prés. Atlas photographique de la Lune, vers 1890 de Moritz Loewy et Pierre-Henri Puiseux est très émouvant. Ils ont permis à leur génération de percevoir les grains de peau du seul satellite de la terre. Pour les artistes du XXIe siècle, la lune reste un moteur. Ange Leccia dans Lunes 2019 a assemblé des dizaines de globes lunaires. Les boules blanches se multiplient par effet de miroir, et offrent l’illusion d’une nouvelle lune plurielle.

Alors, la lune fascine et ses représentations ne la montre pas toujours sous sa meilleure face. C’est elle qui plonge Endymion dans un sommeil éternel car il est tombé amoureux d’elle. Elle ? Le parcours sème le trouble tant les peintre l’ont rendu(e) ni homme ni femme. Anne Louis Girodet peint Le sommeil d’Endymion en 1791 en le parant de long cheveux, d’un torse cambré de désir et d’un sexe rendu minimum. C’est à cause de sa lumière, qui défit la nuit noire, que les amants de William Dyce sont démasqués et tués par le mari de Francesca  da Rimini

Alors oui, certains l’ont foulée. Mais l’acte reste rare et le voyage pas encore simple. Avec pas mal d’humour, dans son Big Bang, Kader Attia la fait tourner comme une boule à facettes et François Morellet la rend tourbillon mais fixe, en néons, évidemment. 

L’exposition déconstruit les mythes selon lesquelles la lune influencerait nos humeurs mais les traditions sont pérennes. Rien à faire, le cycle féminin se joue en 28 jours comme tous les calendriers précédant le solaire. De là à y voir des signes, c’est inévitable. La lune apparaît dans cette exposition fascinante et puissante. Il est fou de voir  Miró croiser Vernet et Chagall, entre autres. Il fallait bien une déesse pour réaliser cela et c’est un bonheur de voir la chronologie abolie au profit du sens. Ce qui est sûr c’est que la Lune n’a pas fini de nous faire rêver.

Pour prolonger ou accompagner la visite, le Grand Palais a lancé sa première série de podcasts réalisés par Antoine Couder et Simon Cacheux. On peut entendre les cinq épisodes ici, vous y rencontrez Jules Verne et les Pink Flyod, ça vaut le coup de prendre le temps.

Visuels :

©Ange Leccia, Arrangement Lunes 2019 (à venir)

Marc Chagall, le paysage bleu 1949©VG Blid-Kunst : photo ©ARTOTHEK ©Adagp, Paris, 2019

Kader Attia, Big Bang, 2005, photo ©mahJ/Christophe Fouin ©Adagp, Paris 2019 ( à venir)

Anne Louis Girodet, Endymion, Effet de lune dit aussi Le Sommeil d’Endymion, 1791, Photo©Musée du Louvre, Dist.RMN-Grand Palais/Angèle Dequier

Infos pratiques

Manufacture des Abbesses
Théâtre de l’Atalante
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *