Expos
Les arbres un fil vert des Rencontres d’Arles

Les arbres un fil vert des Rencontres d’Arles

14 juillet 2022 | PAR La Rédaction

Au cœur de questions écologiques, Les forêts primaires constituent un fil rouge des Rencontres d’Arles 2022. Avec trois expositions très distinctes, la photographie devient témoignage de l’évolution écologique des forêts à travers le monde. Centre autour du végétal tant dans le support que le sujet, on parcourt ces forêts enchantées de nos rêves et de nos cauchemars.

Par Lucie Camps.

Pouvant passer inaperçue, une thématique revient tout au long du festival au milieu de tant de sujets d’expositions. Pourtant c’est bien une volonté comme le souligne, Aurélie De Lanlay, autour de trois expositions permettant d’aborder différemment la thématique des : Forêts primaires.

Léa Habourdin, Images-Forets : des mondes d’extension, Croisière

Léa Habourdin aborde les Forêts comme une oeuvre d’art totale, elle fait le choix de prendre en photo des forêts à caractère naturel en opposition aux forêt « non-naturel ». Une forêt qui est inaccessible au grand public avec des contraintes bien précises de conservation de ces lieux. Son travail a une force tant par la qualité des images que par le caractère écologique et la documentation importante qu’elle a pu y faire. On peux trouver deux grands types de matériel d’expression dans son exposition : des images en sérigraphie à base de pigments naturels de plantes et des tirages en anthotype (chlorophylle des plantes). Comme elle le dit si bien « le végétal fait image par lui même ». Cela crée une délicatesse d’image, une impression que l’image pourrait disparaître à tout moment, tel ces forets si elles n’étaient pas préserver ainsi.

Ritual inhabitual, forets géométriques lutte en territoire Mapuche, Chapelle St-Martin du Méjan

Le travail du collectif Ritual inhabitual est une enquête photographique sur l’exploitation et la transformation des forêts au Chilli. La prise de vue sur plaque de verre donne un grain supplémentaire et une profondeur à cette enquête sur l’exploitation des forêts pour la production de papier. On y découvre une opposition entre deux mondes distincts, les Mapuches dont la forêt est le centre de la vie et des croyances et l’industrie. Tout cela est mis en lumière par de très belles prises de vue de portrait du peuple Mapuche, pour ceux qui ont fait le choix de rester sur place, de forêts uniformes et de plantes médicinales entre autres. Le choix du matériel apporte peu de couleurs mais rend les portraits très vif et poignant. Une documentation précise avec un herbier de plantes permet aussi d’apporter un aspect scientifique à la recherche, mais la beauté des photos de celui-ci n’en ait pas moins oubliée, avec des jeux de transparence pour essayer de conserver les textures naturelles.

On pourra souligner la sortie d’un livre sur cette enquête, accompagné de textes explicatifs. Clin d’œil au sujet de l’enquête, le nombre d’arbres qu’il aura fallut pour imprimer les 2200 exemplaires est mentionner à la fin du livre.

Noémie Goudal, Phénix, Eglise des trinitaires

Entre fiction et réalité, Noémie Goudal nous présente une nouvelle façon d’aborder la forêt. Chez elle, la forêt est éphémère, mouvante avec une rapidité de changement, presque comme un décor de théâtre. Entre prise de vue réelle et ajouts papiers, travail du matériel en amont, et travail de prise de vue, et transformation sur place, elle nous livre une vision très transformée des forêts. Prise de vue mouvante et statique se mélange pour créer une exposition qui nous raconte « l’histoire de la terre » en accéléré avec même un passage par le feu.

Découvrir les trois expositions comme un petit parcours permet de se rendre compte de la variété de travail des rencontres d’Arles, et peut être un premier parcours pour le festivalier néophyte.
visuels : Lucie Camps

?

« The Dancing Public » : Mette Ingvartsen fait trembler le Grand Palais Ephémère
L’actrice Charlotte Valandrey s’est éteinte à 53 ans
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture