Expos
« Le Marais en héritage(s) » : exposition-hommage au musée Carnavalet

« Le Marais en héritage(s) » : exposition-hommage au musée Carnavalet

06 novembre 2015 | PAR Géraldine Bretault

Le 23 juillet 1962, André Malraux prononçait un discours capital à l’Assemblée nationale : il annonçait la fameuse loi du 4 août 1962, dite Loi Malraux, à l’origine des « secteurs sauvegardés« . En plein cœur du Marais, le Musée Carnavalet porte un regard rétrospectif sur ce dispositif et ses acteurs.

[rating=3]

Tandis que le musée Carnavalet subit lui-même d’amples travaux de rénovation, l’exposition « Marais en héritage(s) » se propose de faire le point sur cinquante ans d’urbanisme, dans ce quartier devenu un haut-lieu du tourisme parisien.

À la sortie de l’exposition, un panneau invite le visiteur à « compléter sa visite » en admirant le superbe cabinet Colbert de Villacerf du XVIIe dans la salle voisine, ou bien en effectuant une promenade à pied dans le Marais, comme si les commissaires ne craignaient que les visiteurs restent sur leur faim… En effet, le parcours de l’exposition, assez bref, semble s’adresser essentiellement à un public d’urbanistes, d’architectes, de restaurateurs. Aucun rappel de l’histoire du Marais n’est donné, alors mêmes que les salles correspondantes dans la collection permanente sont fermées, par exemple.

Certes, ce n’est pas le propos de l’exposition, mais comment faire comprendre le caractère visionnaire de l’approche de Malraux, qui cherchait à préserver « l’atmosphère » d’un quartier, y compris ses rues les plus modestes ou ses hôtels particuliers les plus dégradés, sans rappeler que ce quartier insalubre dans les années soixante avait autrefois été un lieu d’opulence, le foyer de la vie intellectuelle française, et le lieu où le concept-même de « l’hôtel particulier », si français, avait vu le jour ?

En revanche, les entretiens avec différents représentants officiels, d’architectes ou d’urbanistes permettent d’apprécier l’engagement sensible, affectif, de ces partenaires, là où quelques huisseries et fragments de lambris restaurés laissent encore une fois notre imagination désœuvrée. Les dates-clés de l’élaboration de la loi sont bien rappelées, des cartes de grand format montrent les contours du nouveau PSMV (Plan de sauvegarde et de mise en valeur), mais la personnalité de Malraux n’est qu’à peine effleurée.

Nous avons toutefois été touchés par le travail d’orfèvre de l’aquarelliste Guillaume de Monfreid, qui nous fait rêver avec ses « nuanciels », illustrant l’importance du choix de la palette chromatique pour assurer l’homogénéité d’un quartier. Enfin, le parcours s’achève sur un ensemble d’aquarelles et de dessin qui laisse la part belle aux amateurs : le groupe Urban Sketchers,doté d’une charte, réunit depuis 2007 des artistes en herbe, des amateurs, des curieux amoureux de la rue. Ils y croquent des détails quotidiens qui viennent clore l’exposition avec poésie.

« Les nations ne sont plus seulement sensibles aux chefs-d’oeuvre, elles le sont devenues à la seule présence de leur passé. Ici est le point décisif : elles ont découvert que l’âme de ce passé n’est pas faite que de chefs-d’œuvre, qu’en architecture un chef-d’œuvre isolé risque d’être un chef-d’œuvre mort ».Discours du 23 juillet 1962, André Malraux

 

visuels :  © Rue des Rosiers © Delphine Priollaud-Stoclet
La Place des Vosges © Roland Liot
Décor du cabinet provenant de l’Hôtel Colbert de Villacerf © Daniel Lifermann / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
Couleurs architecturales du Marais, étude chromatique spécialement conçue pour líexposition © CAUE de Paris/Guillaume de Monfreid
Portrait d’André Malrauxministre de la Culture, dans son bureau de la rue de Valois, 1967 © Photographie de Jean Mounicq  © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

 

Infos pratiques

VOZ’Galerie
Tripode
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *