Expos

Le Château de Malmaison délivre les meubles de leurs secrets bien gardés

Le Château de Malmaison délivre les meubles de leurs secrets bien gardés

10 décembre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Cécile Holstein est Chargée de la communication et du mécénat au Château de Malmaison. Elle a accepté de nous parler de la très alléchante exposition « Meubles à secrets, secrets de meubles » qui se tient jusqu’au 18 février 2019 au Musée national du château de Malmaison

Mais qu’est-ce qu’un secrétaire à secrets ?

L’appellation de meuble secrétaire, décrit par le Journal de Paris en 1800 comme « dépositaire de tous les secrets » apparaît en 1704 dans le Dictionnaire de Trévoux comme « une espèce de table ou de bureau élevé, en forme de pupitre, dans lequel sont plusieurs tiroirs fermans à clef où l’on renferme les papiers de conséquence ».
Écrire et mettre en sécurité des documents sont les fonctions de ce meuble. Les ébénistes parisiens sont amenés à rivaliser d’ingéniosité et d’imagination pour produire des modèles variés.

Qu’il soit en pente, brisé ou droit en armoire, le secrétaire ne dévoile sa fonction qu’après ouverture d’un abattant servant d’écritoire.

Cette exposition a lieu à l’occasion de la restauration de l’un de ces meubles par la célèbre Ecole Boulle. Pouvez vous me parler de cette collaboration ?

Cette restauration s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’école Boulle et le musée national des château de Malmaison et Bois-Préau. Pendant une année, une étudiante de la section restauration de mobilier, accompagnée par les conservateurs de Malmaison et l’équipe enseignante, a découvert et restauré cette oeuvre remarquable conçue pour l’usage personnel de son créateur, Martin Guillaume Biennais.
Ce partenariat pluriannuel a permis et permettra la restauration de différentes pièces des collections de Malmaison.

Comment est pensé le parcours ? D’où proviennent les pièces que vous exposez ?

Dès le vestibule d’entrée, le visiteur est invité à entrer au cœur des meubles pour en percer tous les secrets. C’est en dévoilant les nombreuses cachettes dissimulées dans le secrétaire à abattant de Martin Guillaume Biennais que débute cette exposition.
À travers les salles historiques du château, autour des œuvres emblématiques des collections du Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau sont présentés des prêts des musées nationaux (Versailles, Fontainebleau) ou de collections privées (Collection Émile Hermès, Fondation Napoléon ou de de particuliers). Comme un écho à ces meubles historiques, des créations de jeunes ébénistes du XXI e siècle témoignent de la persistance du goût pour les meubles à secrets. C’est un parcours découverte, didactique, agrémenté de vidéos, qui est proposé au visiteur au cours duquel lui seront dévoilés bien des secrets de fabrication.

Cette présentation s’inscrit dans une double thématique, à la fois celle des meubles à secrets, de leur construction, de leur utilisation au XIX e siècle mais également de la production de tabletterie et d’ébénisterie de Martin Guillaume Biennais, plus connu comme orfèvre qu’en tant que marchand de meubles. Au fil des salles et selon le mode de vie de Malmaison au temps de Joséphine et Bonaparte, sont disposés meubles et objets dans les salons, la salle à manger ou dans les espaces de travail de l’Empereur. Boîtes de jeu, métier à broder, bureaux à secrets s’ouvrent et racontent leur histoire au visiteur. Les appartements de Joséphine sont réservés plus particulièrement aux petits meubles à secrets de l’Impératrice sortis notamment de la boutique de Biennais Au Singe Violet. Cette exposition s’achève par la salle des Atours de l’Impératrice, où sont présentés coffrets de nécessaires, malle de voiture et secrétaire de campagne, conçus pour mettre à l’abri des effets personnels au cours de voyages.

Quel est la cachette la plus insoupçonnée ?
L’imagination des ébénistes était particulièrement développée pour soustraire aux regards documents et objets.
Puisqu’il faut choisir parmi les meubles présentés dans cette exposition, il s’agit sans doute du meuble de Biennais. Ce meuble d’exception recèle de nombreux secrets extrêmement bien conçus, compacts et fonctionnels.
A titre d’exemple, en enlevant le tiroir supérieur et en appuyant aux extrémités des fonds, on découvre deux boîtes cachées dans l’épaisseur des côtés.
C’est ainsi que treize secrets de tailles et de formes différentes ont été camouflées dans l’ensemble de ce meuble dans tous les espaces intermédiaires.

 

Informations pratiques 

Jusqu’au 18 février 2019
Musée national du château de Malmaison

Avenue du château de Malmaison

92500 Rueil-Malmaison

 

Visuel : Nécessaire de l’impératrice Joséphine(C) RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) -Franck Raux

 

 

Lily Allen maintient son concert au Trianon et retrouve son public parisien
Gagnez 5×2 places le film Hyènes de Djibril Diop Mambéty
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *