Expos
Joan Fontcuberta et David Lynch exposent leurs histoires à la MEP

Joan Fontcuberta et David Lynch exposent leurs histoires à la MEP

14 janvier 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La nouvelle fait rêver le tout Paris : David Lynch est exposé à la Maison Européenne de la Photographie. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, c’est avec Joan Fontcuberta qu’il partage l’affiche.

[rating=5]

Tous les deux ont un point commun évident : ils malmènent le réel. En cela on comprend aisément pourquoi la MEP les a mis côte à côte dans une scénographie qui impose de passer par l’un pour découvrir l’autre et cela, dans le sens qui sera le vôtre, et pourquoi pas, de façon aléatoire en mélangeant les deux.

L’exposition Lynch, plus courte que Fontcuberta claque en noir et blanc. On y retrouve le maître période Erased Head et Elephant Man. Des « Interiors » et des « Heads » numérotés et non nommés nous entraînent dans des paysages fantastiques et surréalistes où le numérique se veut grossier et visible. Pour ouvrir, on rencontre une photographie présentant, dans un intérieur vide, un vieux monsieur et un mouton. Les personnages sont flous, comme morts. Il y aura aussi cette maison fantomatique qui semble surnager d’un univers en fuite. 40 oeuvres en tout qui correspondent parfaitement à l’image que l’on a de Lynch. Cela est peut-être un défaut. Il ne nous surprend pas, certes, mais nous attrape par des compositions étranges prêtes à prendre vie dans un film. Le couloir de têtes sans visage est hautement visuel tout comme est percutant ce lapin inquiétant posé sur un lit d’où tombent des boules de noël. De chaque photo surgit une histoire dont vous serez le seul auteur.

Joan Fontcuberta lui interroge la vérité photographique. Ici sous le vocable « Camouflages » se déploient et dans le sens qui vous conviendra neuf « séries » qui sont des expositions en soi. Toutes viennent avec un humour décapant de l’autre versant de la censure. Ainsi, grâce à lui nous savons tout du Dr. Fasqiyta-U1 , ici, célèbre confrère de Ben Laden ou de l’opération Spoutnik. En performeur de l’image, il se met lui-même en scène, en plasticien il accumule et détourne.

On est ici dans un incroyable cabinet de curiosités. « L’artiste et la photographie » met en scène l’univers iconographique d’autres. Ainsi, des photogrammes sur tirages argentiques nous emmènent immédiatement dans les univers de Picasso et Miró.

Avec Fontcuberta on passe d’un univers à un autre de façon fulgurante. Chercher le vrai dans les paysages « d’Orogenis »… Ces belles montagnes ne sont que fiction. Vous y croirez aussi, à l’origine des « Sirènes », et vous penserez en voyant « Herbarium ». La salle la plus folle est peut-être celle de Fauna, un bestiaire où vous ferez la rencontre d’un singe ailé.

Il est plutôt rare de rire franchement dans une exposition et l’humour espiègle du catalan est sans limite. Fausses biographies, parodie de notices taxidérmiques et montages photographiques délirants. Il faut se prêter au jeu. Il vous fera même visiter l’espace. Et c’est blague à part qu’il déploie son talent de  plasticien et de photographe.  Fontcuberta semble maîtriser toutes les techniques, que ce soit de la peinture, la sculpture ou la photographie qu’elle soit argentique ou numérique.

C’est à deux artistes qui télescopent les genres tout en gardant leur identité que la Mep rend hommage. Lynch cinéaste impose la même patte que Lynch photographe et Fontcuberta, lui, utilise chaque médium avec la même intensité. Tous deux prouvent avec une certaine élégance que les apparences sont trompeuses et ici, s’en méfier serait une erreur.

Visuel : David Lynch © Richard Dumas et ©Joan Fontcuberta

Infos pratiques

Jazz Sous les Pommiers
Musée d’Art Moderne – Paris
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture