Expos

Incroyable rétrospective du peintre Carl Larsson au Petit Palais

Incroyable rétrospective du peintre Carl Larsson au Petit Palais

06 mars 2014 | PAR Alice Aigrain

Le Petit Palais présente à partir de demain une incroyable rétrospective du peintre Carl Larsson. Inconnu en France il s’agit pourtant d’un des artistes les plus célèbres en Suède. Faisant partie de l’imagerie collective des suédois, il nous est possible aujourd’hui d’admirer ses plus célèbres œuvres grâce à un prêt exceptionnel du Nationalmuseum de Stockholm.

[rating=5]

5_larsson_matts_larsson
Carl Larsson est un artiste au parcours atypique. Arrivé à Paris pour y tenter sa chance, comme de nombreux autres artistes en cette fin du XIXème siècle, il se confronte à l’effervescence de l’art français. Naturalisme, impressionnisme, japonisme ou peinture d’histoire académique, sa pratique picturale s’inscrit alors dans un style synthétique où toutes ces influences se confondent. Son travail sur la lumière, les reflets de l’eau comme son iconographie naturaliste font de ses toiles un doux et savoureux mélange pour un rendu onirique et bucolique. Malgré l’indéniable puissance de séduction de ses œuvres, Paris ne peut sourire à tout le monde, et Larsson n’arrive pas à se faire une place dans la ville lumière.
Il rentre alors à Stockholm avec sa femme Karin Bergöö peintre également. Il remporte un concours pour décorer le grand escalier du Nationalmuseum. Voilà enfin une opportunité à la hauteur de son ambition de devenir un grand peintre d’histoire. La technique de la fresque l’oblige alors à dessiner et peindre de façon lisse et en aplat. S’il connaît un certain succès grâce à cette fresque c’est toute sa technique qui va se trouver transformer par cette expérience. Paradoxalement il connaît le succès en se recentrant sur sa vie familiale. Père de 8 enfants, il décide de créer un album illustrant son quotidien. Pour autant Larsson n’est ni conformiste ni réactionnaire : ce qui nous apparaît aujourd’hui comme étant une image d’Epinal du bien vivre à la scandinave est en 1900 d’une modernité rare dans le mode de vie qu’il présente. La famille de Larsson partage absolument tout, sans séparation entre un monde adulte et un autre enfantin. Aquarelliste d’une virtuosité rare il documente alors sa vie ordinaire. Les jeux cadrages originaux marquent cette production. Au moment où la photographie vernaculaire a un réel engouement, Larsson décide d’inscrire ses souvenirs sur le papier et à l’aquarelle plutôt que sur une pellicule. Cependant son regard sur cette nouvelle façon de photographier n’est pas sans lien avec ses choix de cadrages si particuliers qui créent le charme de cette imagerie du quotidien. Tirés à plusieurs milliers d’exemplaires, ses albums annotés restent dans l’imaginaire de tous les suédois qui s’en inspirent encore parfois afin de créer un intérieur serein et accueillant.

L’exposition propose un parcours initiatique autour d’un arrangement de salle chronologique afin que tous les visiteurs puissent découvrir cet artiste. Le Petit Palais a fait le choix d’une scénographie intimiste afin de recréer l’ambiance de la maison des Larsson. Si cela ne permet pas aux études pour le décor de l’escalier du Nationalmuseum d’apparaître dans toutes leurs monumentalités, cela convient parfaitement au reste de la production présentée. L’exposition continuera durant l’accrochage de « Paris 1900 » qui commencera en avril. Le Petit Palais présentera alors l’attraction de Paris sur le milieu artistique international. Larsson est l’autre face de cette si fastueuse histoire : celle d’un artiste qui n’a pu se faire sa place à Paris mais qui aujourd’hui est réévalué après un succès indéniable dans son pays d’origine.
De plus le Petit Palais a fait un réel effort pour que les enfants ne soient pas en reste lors de la visite. Il s’agit donc d’une belle exposition sur la famille à visiter aussi en famille.

Alice AIGRAIN

Visuel : Carl Larsson, Mat Larsson © Nationalmuseum Stockholm

Infos pratiques

Gagnez 3 exemplaires de « La Fille de Debussy » de Damien Luce
« Des hommes, des mondes », l’expo archipel du Collège des Bernardins
Alice Aigrain

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *